Thoutmosis III, le Napoléon d'Egypte

Thoutmosis III, le Napoléon d'Egypte

Qui est Thouttmosis III ?

Thoutmosis III (également connu sous le nom de Touthmôsis III, 1458-1425 avant J.-C.) était le 6e roi de la 18e dynastie d'Égypte, l'un des plus grands chefs militaires de l'Antiquité, et l'un des monarques les plus efficaces et les plus impressionnants de l'histoire de l'Égypte. Son nom de trône, Thoutmosis, signifie "Thot est né", tandis que son nom de naissance, Menkhperre, signifie "Éternelles sont les manifestations de Râ", les deux noms faisant référence à d'importantes divinités de l'Égypte ancienne. Il était le fils de Thoutmosis II et d'une femme de moindre importance nommée Iset. Thoutmosis II (1492-1479 avant JC) était marié à la reine Hatchepsout (1479-1458 avant JC), fille royale de Thoutmosis I (1520-1492 avant JC) et femme puissante qui occupait le poste d'épouse de Dieu d'Amon.

À la mort de Thoutmosis II, Hatchepsout devient régente d'Égypte, Thoutmosis III étant trop jeune pour gouverner. Elle était censée conserver cette position mais, au lieu de cela, elle se déclara pharaon et gouverna de manière indépendante. Thoutmosis III, lorsqu'il devint majeur et se montra capable, se vit confier le commandement des forces armées par sa belle-mère ; un choix qu'elle ne regrettera pas car il s'avéra être un stratège militaire exceptionnel et un leader charismatique. On l'appelle souvent aujourd'hui "le Napoléon d'Égypte", mais contrairement à Napoléon, Thoutmosis III n'a jamais perdu un seul engagement, a étendu et maintenu son empire, et a été vénéré par son peuple pendant des siècles après sa mort.

  • Une jeunesse sous l'emprise d'Hachepsout puis l'ascension au pouvoir


Thoutmosis III est né vers 1481 avant J.-C. et n'avait que trois ans lorsque son père est mort et qu'Hatchepsout a été fait régente puis monarque. Il a grandi à la cour royale de Thèbes, capitale de l'Égypte pendant la plus grande partie de la période du Nouvel Empire (vers 1570 - vers 1069 avant J.-C.). Bien qu'il y ait peu de documentation sur sa vie à cette époque, une grande importance a été accordée au développement physique et intellectuel des princes pendant le Nouvel Empire d'Égypte, car on s'attendait à ce qu'ils règnent un jour sur un empire en expansion.

Thoutmosis III aurait donc passé beaucoup de temps à l'école, à l'athlétisme, et à apprendre les tactiques et stratégies militaires. Il a probablement suivi les premières campagnes commandées par Hatchepsout, car c'était une pratique courante chez les pharaons du Nouvel Empire de familiariser leurs successeurs avec la guerre dès leur plus jeune âge. Pendant cette période, Thoutmosis III a développé des compétences en tir à l'arc, en équitation, en combat au corps à corps et en athlétisme. Il ne fait aucun doute que l'entraînement militaire était sa priorité, mais son éducation allait bien au-delà des tactiques de combat et de l'utilisation des armes. Son règne ultérieur montre clairement qu'il était un homme très cultivé et sophistiqué, conscient de la valeur des cultures au-delà des frontières de l'Égypte, reconnaissant l'importance de l'art et de la musique, et ayant un grand respect pour la vie humaine.

Le fait qu'avant la fin de son règne, Hatchepsout l'ait placé au commandement de ses armées prouve qu'il a réussi dans ses plans. Son règne s'est terminé par sa mort en 1458 avant J.-C., et Thoutmosis III est monté sur le trône. Hatchepsout avait maintenu un contrôle étroit des frontières et des provinces égyptiennes, mais avec sa mort, les rois des États de Canaan et de Syrie contrôlés par l'Égypte se sont rebellés. Thoutmosis III n'était pas intéressé par la négociation et n'allait certainement pas laisser ces provinces quitter simplement l'empire, et il se lança donc dans sa première campagne militaire.


  • Des campagnes militaires

À l'époque où il était pharaon, Thoutmosis III a mené 17 campagnes militaires réussies en 20 ans. Il a ordonné que les détails de ses victoires soient inscrits au temple d'Amon à Karnak et ils sont considérés comme les archives les plus complètes des campagnes militaires de l'Égypte ancienne qui existent encore. La première est sa plus célèbre - la bataille de Megiddo - et est celle qui est décrite dans le récit le plus exigeant.


Le récit de la bataille de Meguiddo a été écrit par le secrétaire privé de Thoutmosis III, le scribe militaire, et le général Tjaneni (également donné comme Thanuny, vers 1455 avant J.-C.) qui était avec lui tout au long de l'événement. Tjaneni tenait un journal sur un parchemin de cuir (déposé plus tard pour la postérité au temple d'Amon à Thèbes) que Thoutmosis III admirait tant qu'il a commandé le récit inscrit sur les murs du temple ainsi que ceux d'autres personnes dans toute l'Égypte.


Thoutmosis III le Napoléon dEgypte
La victoire de Thoutmosis III à Megiddo lui a donné le contrôle du nord de Canaan, d'où il lancera sa campagne en Syrie pour prendre Cadès. Il fit campagne contre les Mitanni et érigea une stèle sur l'Euphrate, commémorée dans son inscription à Karnak, connue sous le nom d'Hymne de la victoire de Thoutmosis III. Ses campagnes nubiennes furent tout aussi réussies et, à l'âge de 50 ans, il avait étendu les possessions de l'Égypte au-delà de celles de ses prédécesseurs et avait rendu le pays plus riche qu'il ne l'avait été depuis le début de la 4e dynastie de l'Ancien Empire d'Égypte (vers 2613-2181 avant J.-C.).

  • Passionné par l'arts

Mais son règne n'a pas été uniquement axé sur la conquête militaire, comme le montre son mécénat artistique. Thoutmosis III a commandé plus de 50 temples, de nombreuses tombes, des monuments, et a contribué de manière plus significative au temple d'Amon à Karnak que tout autre pharaon. Ses rénovations et ses ajouts au temple de Karnak sont en fait parmi les plus importants, car ils préservent les noms des anciens rois (dont il enlevait parfois les monuments lors de ses rénovations) et fournissent des récits de ses propres campagnes et initiatives qui se sont révélées extrêmement importantes pour les chercheurs dans l'étude de la culture.

Thoutmosis III le Napoléon dEgypte

  • Conclusion

Le résultat malheureux de cette action est que, depuis la redécouverte d'Hatchepsout, Thoutmosis III est aussi souvent cité pour son éradication que pour ses nombreuses réalisations et son règne magnifique. Thoutmosis III a essentiellement créé l'empire égyptien à lui seul. Il a élevé le statut de l'Égypte en tant que nation puissante et prospère, a employé le peuple dans des projets de construction monumentaux et a incarné l'idéal du vaillant roi guerrier égyptien qui a mené ses forces à des victoires successives.

La considération de Thoutmosis III pour ses ennemis dans la défaite et le traitement délicat qu'il leur réservait lui valurent le respect bien au-delà des frontières de son pays. Il établit un empire qui s'étend de l'Euphrate en Mésopotamie, en passant par la Syrie et le Levant, jusqu'à la cinquième cataracte du Nil, en passant par la Nubie. Bien qu'il ne fasse guère de doute que les habitants de ces terres auraient préféré leur indépendance, ils ont prospéré sous son règne grâce à la paix qu'il a établie et maintenue grâce à ses compétences militaires et diplomatiques. À tous égards, Thoutmosis III a représenté le pharaon idéal pour son peuple et sa mémoire a perduré jusqu'à nos jours comme l'un des plus grands rois de l'Égypte ancienne.

Article original: {Thutmose III} écrit par {Joshua J. Mark} / Ancient History Encyclopedia (CC BY-NC-SA 4.0), traduit d'Anglais par {Pharaonique}. 


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés