Dieux égyptiens | La liste complète de A à Z | Panthéon Mythologie égyptienne

par Mythologie Egyptienne octobre 08, 2019

dieux-egyptiens

Les dieux et déesses de l'Egypte ancienne faisaient partie intégrante de la vie quotidienne du peuple. Il n'est donc pas surprenant qu'il y avait plus de 2 000 divinités dans le panthéon égyptien.

Le Panthéon Complet de la mythologie égyptienne

Certains noms de ces divinités sont bien connus : Isis, Osiris, Horus, Amon, Rê, Hathor, Bastet, Thot, Anubis et Ptah alors que beaucoup d'autres le sont moins.

Les dieux les plus célèbres sont devenus des divinités d'État tandis que d'autres étaient associés à une région spécifique ou, dans certains cas, à un rituel ou un rôle. La déesse Qebhet, par exemple, est une déesse peu connue qui offrait de l'eau fraîche aux âmes des morts en attendant leur jugement dans l'au-delà, et Seshat était la déesse des mots écrits et des mesures spécifiques éclipsée par Thot, le dieu plus connu de l'écriture et patron des scribes.

Si Vous souhaitez connaitre Simplement les Dieux Égyptiens les plus Importants, consultez l'article plus court et plus précis sur le TOP 15 du Panthéon Égyptien.
LES 15 DIEUX ET DÉESSES ÉGYPTIENNES LES PLUS IMPORTANTES DE LA MYTHOLOGIE ÉGYPTIENNE QUE VOUS DEVRIEZ CONNAÎTRE


La culture égyptienne ancienne est née de la compréhension de ces divinités et du rôle vital qu'elles ont joué dans le voyage immortel de chaque être humain.

L'historienne Margaret Bunson écrit :

Les nombreux dieux de l'Egypte étaient les points centraux des rites cultuels et des pratiques religieuses personnelles de la nation. Ils ont également joué un rôle dans les grands rituels mortuaires et dans la croyance égyptienne au bonheur éternel posthume (98).

dieux-egyptiens

Les dieux sont passés d'un système de croyances animistes à un système hautement anthropomorphique et imprégné de magie. Heka était le dieu de la magie et de la médecine, mais aussi la force primordiale, précédant tous les autres dieux, qui permettaient l'acte de création et soutenaient la vie mortelle et divine. La valeur centrale de la culture égyptienne était le maât - l'harmonie et l'équilibre - représenté par la déesse du même nom et sa plume d'autruche blanche, et c'est Heka qui a donné à Maât le pouvoir, comme toutes les autres déités. Heka était la manifestation de heka (magie) qui devait être comprise comme étant des lois naturelles qui aujourd'hui seraient considérées comme surnaturelles mais qui, pour les Égyptiens, étaient simplement comment le monde et l'univers fonctionnaient. Les dieux fournissaient aux gens tous les bons cadeaux, mais c'était le heka qui leur permettait de le faire.

Ces dieux avaient tous des noms, des personnalités et des caractéristiques individuelles, portaient différents types de vêtements, possédaient différents objets sacrés, présidaient leurs propres domaines d'influence et réagissaient de manière très individualiste aux événements. Chaque divinité avait son propre domaine d'expertise mais était souvent associée à plusieurs sphères de la vie humaine.

Hathor, par exemple, était une déesse de la musique, de la danse et de l'ivrognerie, mais elle était aussi considérée comme une ancienne déesse mère, également associée à la Voie lactée comme un reflet divin du fleuve Nil et, dans son incarnation antérieure de Sekhmet, comme une destructrice. La déesse Neith était à l'origine une déesse de guerre qui devint l'incarnation de la déesse Mère, une figure nourricière, vers qui les dieux se tournaient pour régler leurs différends. Beaucoup de dieux et de déesses, comme Set ou Serket, se sont transformés au fil du temps pour assumer d'autres rôles et responsabilités.

Ces transformations furent parfois dramatiques, comme dans le cas de Seth qui passa d'un héros protecteur-dieu à un méchant et au premier assassin du monde. Serket était presque certainement une déesse-mère primitive, et son rôle ultérieur de protectrice contre les créatures venimeuses (en particulier les scorpions) et de gardienne des femmes et des enfants reflète ces caractéristiques. Bunson écrit :

Les Egyptiens n'avaient aucun problème avec une multitude de dieux et ils ont rarement mis de côté les vieilles divinités en faveur de nouvelles. Les caractéristiques et les rôles des divers dieux ont été syncrétisés pour concilier différentes croyances religieuses, coutumes ou idéaux. Pour des raisons politiques et religieuses, par exemple, le dieu thébain Amon, considéré comme la divinité la plus puissante du Nouvel Empire, fut uni à Râ, un dieu soleil dont le culte remonte aux débuts de l'Egypte. L'adoration des dieux d'Egypte a évolué au fil du temps au fur et à mesure que de grands cultes se développaient à l'échelle locale, puis nationale (99).

La liste suivante des dieux et déesses de l'Egypte ancienne est tirée de nombreux ouvrages sur le sujet qui suivent dans la bibliographie. Tous les efforts ont été faits pour créer une liste complète, mais les divinités régionales mineures ont été omises si leur rôle semble incertain ou si elles ont été transformées en dieux majeurs. Quand un dieu majeur a évolué à partir d'une divinité mineure antérieure, il est noté.

On y trouve aussi des concepts tels que le champ de roseaux ou le lac Lily, qui étaient des régions de l'au-delà associées aux dieux. Les définitions des caractéristiques du dieu et des rôles qu'il a joués sont synthétisées pour plus de clarté, mais il faut noter que toutes les divinités énumérées n'ont pas été comprises de la même manière tout au long de la longue histoire de l'Egypte. Osiris, par exemple, était très probablement un dieu de la fertilité dans la période prédynastique de l'Egypte (c. 6000-3150 avant notre ère) mais était déjà compris comme le premier roi par la période dynastique précoce (c. 3150-2613 avant notre ère) et était le dieu le plus populaire en Egypte pendant le temps du Nouvel Empire (1570-1069 avant notre ère) au même moment qu'Amon était considéré roi des dieux. Bien que ces développements soient parfois notés ci-dessous, les dieux sont généralement décrits dans les rôles pour lesquels ils étaient les plus connus au sommet de leur popularité.

Index des Dieux Egyptiens

A'ah - Aken -  Aker - Am-Heh -  Amenet - 

Par Ordre alphabétique :

A B C D E F G H I J K L L M N O P Q R S T U W Y Z 

A
A'ah - Un dieu de la lune primitive qui a évolué en Iah (aussi connu sous le nom de Yah) et, finalement, en Khonsu.

Aken - Gardien du bateau qui a transporté les âmes à travers le lac Lily jusqu'au champ des roseaux dans l'au-delà. Il dormait jusqu'à ce que Hraf-Hef, le Divin Ferryman, ait besoin de lui. Son nom n'apparaît que dans le Livre des Morts.

Aker - L'horizon déifié, gardien des horizons oriental et occidental de l'au-delà. Il protégea la barge du soleil de Râ lorsqu'elle entra et quitta les enfers au crépuscule et à l'aube.

Am-Heh - Un dieu dans le monde souterrain, "dévoreur de millions" et "mangeur d'éternité" qui vivait dans un lac de feu.

Amenet (Amentet) - Une déesse qui a accueilli les morts dans l'au-delà avec de la nourriture et des boissons. Connu sous le nom de "Celle de l'Occident", Amenet était l'épouse du Divin Ferryman. Elle vivait dans un arbre près des portes du monde souterrain. Fille d'Hathor et Horus.

Ammit (Ammut) - "Dévorateur d'âmes", déesse à tête de crocodile, torse de léopard et arrière-train d'hippopotame. Elle s'est assise sous la balance de la justice dans le Hall de la Vérité dans l'au-delà et a dévoré les coeurs de ces âmes qui n'étaient pas justifiées par Osiris.

Amon (Amon-Rê) - Dieu du soleil et de l'air. L'un des dieux les plus puissants et les plus populaires de l'Egypte ancienne, patron de la ville de Thèbes, où il était adoré dans le cadre de la triade thébaine d'Amon, Mut et Khonsu. Roi suprême des dieux à certaines périodes, bien qu'à l'origine un dieu mineur de fertilité. Au temps du Nouvel Empire, il était considéré comme le dieu le plus puissant d'Egypte et son culte frôlait le monothéisme. D'autres dieux étaient même considérés comme de simples aspects d'Amon à cette époque. Son sacerdoce était le plus puissant d'Egypte et la position de l'épouse de Dieu Amon, donnée aux femmes royales, presque à égalité avec celle du pharaon.

Amunhotep (Amenhotep), Fils de Hapu - Dieu de guérison et de sagesse. Avec Hardedef et Imhotep, un des rares êtres humains déifiés par les Egyptiens. Il fut l'architecte royal d'Amonhotep III (1386-1353 avant notre ère). Il était considéré comme si sage qu'après sa mort, il devint déifié. Il avait un temple majeur dans l'ouest de Thèbes et un centre de guérison à Deir el-Bahri.

Amunet - L'homologue féminine d'Amon, membre de l'Ogdoad.

Anat - Déesse de la fertilité, de la sexualité, de l'amour et de la guerre. Elle était originaire de Syrie ou de Canaan. Dans certains textes, elle est désignée comme la Mère des Dieux alors que dans d'autres, elle est vierge et, dans d'autres encore, sensuelle et érotique, décrite comme la plus belle déesse. Dans une version de The Contendings of Horus and Set, elle est donnée en consort à Set à la suggestion de la déesse Neith. Souvent assimilé à Aphrodite de Grèce, Astarte de Phénicie, Inanna de Mésopotamie et Sauska des Hittites.

Anta - Un aspect de la Déesse Mère Mut adorée à Tanis en tant que consort d'Amon.

Andjety - Dieu primitif de la fertilité associé à la ville de Busiris (Andjet). Son nom signifie "Celui qui est d'Andjet" associé au symbole djed. Il a finalement été absorbé par Osiris et son nom est devenu associé à cette divinité.

Anhur (Han-her) - Aussi connu sous le nom d'Onuris par les Grecs. Dieu de la guerre et patron de l'armée égyptienne. Voir Onuris.

Anqet (Anukit ou Anuket) - Déesse de la fertilité et de la cataracte du Nil à Assouan.

Anti - Un dieu Faucon de Haute Egypte parfois associé à Anat.

Anubis - Dieu des morts associé à l'embaumement. Fils de Nephtys et d'Osiris, père de Qebhet. Anubis est représenté comme un homme avec la tête d'un chien ou d'un chacal portant un bâton. Il guidait les âmes des morts jusqu'à la Salle de la Vérité et faisait partie du rituel de la Pesée du Cœur de l'Âme dans l'au-delà. Il était probablement le Dieu originel des Morts avant que ce rôle ne soit donné à Osiris, date à laquelle il devint le fils d'Osiris.

Anuke - Une déesse de la guerre à l'origine et l'une des plus anciennes divinités d'Egypte, parfois consort d'Anhur, dieu de la guerre. Elle en est venue à être associée à Nephthys et, dans une moindre mesure, à Isis, et certains textes l'appellent leur jeune sœur. Les premières représentations la montrent en tenue de combat avec arc et flèches, mais elle a été transformée en déesse mère et figure nourricière. Les Grecs l'associaient à Hestia.

Apedemak - Un dieu de la guerre représenté comme un lion, originaire de Nubie.

Apep (Apophis) - Apep, le serpent céleste attaquait la péniche solaire de Râ chaque nuit alors qu'elle se frayait un chemin dans le monde souterrain vers l'aube. Les dieux et les morts justifiés aideraient Râ à repousser le serpent. Le rituel connu sous le nom de renversement d'Apophis était pratiqué dans les temples pour aider les dieux et les âmes des défunts à protéger la barge et à assurer la venue du jour.

Apis - Le Taureau Divin adoré à Memphis comme une incarnation du dieu Ptah. L'un des premiers dieux de l'Égypte ancienne représenté sur la Palette de Narmer (vers 3150 av. J.-C.). Le culte Apis fut l'un des plus importants et des plus anciens de l'histoire de la culture égyptienne.

Arensnuphis - Compagnon de la déesse Isis et adorée principalement sur son site sacré à Philae. Il était représenté comme un lion ou un homme avec une coiffure à plumes. Originaire de Nubie.

Asclépios (Esculape) - Un dieu de la guérison des Grecs vénérait également en Egypte à Saqqara et s'identifiait avec le déifié Imhotep. Son symbole, probablement dérivé du dieu Heka, était un bâton avec un serpent enroulé autour de lui, associé dans les temps modernes à la guérison et à la profession médicale, connu sous le nom de bâton d'Asclépios.

Ash (As) - Dieu du désert libyen, une divinité aimable qui a fourni l'oasis aux voyageurs.

Astarte - Déesse phénicienne de la fertilité et de la sexualité, souvent assimilée à Aphrodite des Grecs, Inanna/Ishtar de Mésopotamie, et Sauska des Hittites ; appelée la Reine du Ciel. Dans la mythologie égyptienne, elle est donnée comme épouse à Seth, avec Anat, par la déesse Neith.

Aton - Le disque solaire, à l'origine une divinité solaire qui a été élevée par le pharaon Akhenaton (1353-1336 BCE) à la position de dieu unique, créateur de l'univers.

Atum (Râ) - Le dieu soleil, seigneur suprême des dieux, premier dieu de l'Ennéade (tribunal des neuf dieux), créateur de l'univers et des êtres humains. Atum (Râ) est le premier être divin qui se tient sur le monticule primordial au milieu du chaos et puise dans les forces magiques de Heka pour créer tous les autres dieux, êtres humains et la vie sur terre.

Auf (Efu-Ra) - Un aspect d'Atum (Râ).

B
Ba'al - Dieu de la tempête originaire de Phénicie. Son nom signifie "Seigneur" et sa divinité majeure à Canaan n'a été vénérée en Egypte qu'à la fin du Nouvel Empire (1570-1069 avant notre ère).

Ba'alat Gebal - Déesse phénicienne de la ville de Byblos, une déesse protectrice, incorporée au culte égyptien par son association avec le papyrus, qui venait de Byblos.

Babi (Baba) - Il était un dieu de la virilité représenté comme un babouin et symbolisant la sexualité masculine.

Banebdjedet - Un dieu de la fertilité/virilité qui apparaît comme un bélier ou un homme avec une tête de bélier, associé à la ville de Mendes, éventuellement un autre nom pour Osiris.

Ba-Pef - Dieu de la terreur, en particulier de la terreur spirituelle. Son nom se traduit par "cette âme". Il a vécu dans la maison du malheur dans l'au-delà et était connu pour affliger le roi d'Egypte. Il n'a jamais été vénéré avec un temple mais un culte de Ba-Pef existait pour aider à apaiser le dieu et protéger le roi.

Bastet (Bast) - La belle déesse des chats, les secrets des femmes, l'accouchement, la fertilité et la protection du foyer et de la maison du mal ou du malheur. Elle était la fille de Râ et étroitement liée à Hathor. Bastet était l'une des divinités les plus populaires de l'Egypte ancienne. Les hommes et les femmes la vénéraient également et portaient les talismans de son culte. Elle était si universellement adorée qu'en 525 avant notre ère, les Perses utilisèrent la dévotion égyptienne à Bastet à leur avantage pour gagner la bataille de Pelusium. Ils ont peint des images de Bastet sur leurs boucliers et ont conduit des animaux devant leur armée en sachant que les Egyptiens préféraient se rendre plutôt que d'offenser leur déesse. Elle est dépeinte comme une chatte ou une femme avec une tête de chat, et son principal centre de culte était à Bubastis.

Bat - Une déesse des premières vaches associée à la fertilité et au succès. Elle est l'une des plus anciennes déesses égyptiennes datant du début de la période prédynastique (vers 6000-3150 avant notre ère). La chauve-souris est représentée comme une vache ou une femme avec des oreilles et des cornes de vache et est très probablement l'image au sommet de la Palette Narmer (vers 3150 avant notre ère) comme elle était associée au succès du roi. Elle a béni les gens avec succès grâce à sa capacité de voir à la fois le passé et l'avenir. Finalement, elle a été absorbée par Hathor qui a pris ses caractéristiques.

Bennu - Une divinité aviaire mieux connue sous le nom d'oiseau Bennu, l'oiseau divin de la création et de l'inspiration pour le Phénix grec. L'oiseau Bennu était étroitement associé à Atum, Râ et Osiris. Elle était présente à l'aube de la création comme un aspect de l'Atum (Râ) qui survolait les eaux primordiales et réveillait la création par son cri. Par la suite, il a déterminé ce qui serait inclus et ce qui ne serait pas inclus dans la création. Il était associé à Osiris par l'imagerie de la renaissance car l'oiseau était étroitement lié au soleil qui mourait chaque nuit et se levait à nouveau le lendemain matin.

Bes (Aha ou Bisu) - Dieu de l'accouchement, de la fertilité, de la sexualité, de l'humour et de la guerre, populairement connu comme le dieu nain. C'est l'un des dieux les plus populaires de l'histoire égyptienne qui a protégé les femmes et les enfants, repoussé le mal et lutté pour l'ordre et la justice divine. Il est souvent représenté davantage comme un esprit (un " démon ", mais pas du tout dans l'acception moderne de ce mot) qu'une divinité, mais il était vénéré comme un dieu et figurait sur un certain nombre d'objets de la vie quotidienne chez les Egyptiens comme des meubles, des miroirs et des manches de couteau. Son épouse était Taweret, la déesse hippopotame de l'accouchement et de la fertilité. Bes est représenté comme un nain barbu avec de grandes oreilles, des organes génitaux proéminents, les jambes arquées, et secouant un hochet. Il est toujours montré en position de protection face à la route pour veiller sur ses charges.

Beset - L'aspect féminin de Bes invoqué dans la magie cérémonielle. En tant que dieu protecteur, Bes a également repoussé la magie noire, les fantômes, les esprits et les démons. Son aspect féminin a été appelé à combattre ces forces.

Buchis - Aspect du Ka (force vitale / moi astral) du dieu Montu sous la forme d'un taureau vivant. Représenté comme un taureau qui court.

C
Dieux de la caverne - Un groupe de dieux sans nom qui vivaient dans des cavernes dans le monde souterrain et punissaient les méchants et aidaient les âmes des morts justifiés. Ils sont mentionnés dans le sort 168 du Livre des Morts égyptien et sont représentés comme des serpents ou comme des serpents. Le sort est populairement connu sous le nom de " Spell of the Twelve Caves " et fait mention des offrandes qui devraient être laissées pour eux. Le peuple égyptien leur laissait des coupes d'offrandes dans des grottes.

Ferryman céleste (Hraf-haf) - "Celui qui regarde derrière lui", le batelier hargneux qui a transporté les âmes des morts justifiés de l'autre côté du lac Lily vers les rives du paradis dans le champ des roseaux. Hraf-haf était grossier et désagréable, et l'âme devait trouver un moyen d'être courtoise afin d'atteindre le paradis. Hraf-haf est représenté comme un homme dans un bateau, la tête tournée vers l'arrière.

D
Dedun - Un dieu protecteur des ressources, en particulier des biens provenant de Nubie. A l'origine une divinité nubienne.

Denwen - Une divinité serpent sous la forme d'un dragon entouré de flammes. Il tenait le pouvoir sur le feu et était assez fort pour détruire les dieux. Dans les Textes des Pyramides, il tente de tuer tous les dieux avec son souffle de feu mais il est dominé par l'esprit du roi mort qui sauve la création.

Duamutef - Un des quatre fils d'Horus, un dieu protecteur de la jarre canope contenant l'estomac. Il présidait à l'est, avait la forme d'un chacal et était surveillé par la déesse Neith.

E
Ennéade - Les neuf dieux vénérés à Héliopolis qui ont formé le tribunal dans le mythe d'Osiris : Atoum, Shou, Tefnout, Geb, Nout, Osiris, Isis, Nephthys, et Set. Ces neuf dieux décident si Set ou Horus doit régner dans l'histoire The Contendings of Horus and Set. Ils étaient connus sous le nom de La Grande Ennéade. Il y avait aussi une petite Ennéade vénérée à Héliopolis des divinités mineures.

F
Fetket - Le majordome du dieu du soleil Râ qui lui servait ses boissons, dieu patron des barmen.

Champ d'offrandes - Une région de l'au-delà consacrée à Osiris, située à l'ouest. Dans certaines inscriptions, il est synonyme de champ de roseaux.

Champ de roseaux - Le paradis égyptien dans l'au-delà où l'âme a été admise après avoir passé avec succès le jugement et avoir été justifiée par Osiris. C'était le reflet direct de sa vie sur terre où l'on continuait à jouir de tout comme avant, mais sans maladie, sans déception, ni menace de mort.

Quarante-deux juges - Les quarante-deux divinités qui ont présidé avec Osiris, Thot et Anubis au jugement de l'âme dans l'au-delà. Une fois que l'âme avait fait les Confessions négatives (Déclaration d'innocence), les quarante-deux juges conseillèrent à Osiris d'accepter ou non la confession. Ils avaient des noms comme Far-Strider, Fire-Embracer, Demolisher, Disturber, Owner of Faces, et Serpent Who Brings and Gives, entre autres.

Quatre fils d'Horus - Quatre divinités, Duamutef, Hapy, Imset et Qebehsenuef, qui veillaient sur les viscères ou les morts dans les quatre pots canopes placés dans la tombe. Chacun avait son propre point cardinal à garder, son propre organe interne à protéger, et était surveillé par une déesse spécifique.

Bocaux canopes de Neskhons
G
Geb - Dieu de la terre et des choses qui poussent. Geb est le fils de Shou et Tefnout, mari de Nout, le ciel.

Gengen Wer - L'oie céleste dont le nom signifie "Great Honker". Il était présent à l'aube de la création et gardait (ou déposait) l'œuf céleste contenant la force vitale. C'est un dieu protecteur qui a été adoré très tôt dans l'histoire de l'Egypte. Les disciples de Gengen Wer s'identifiaient à ses attributs protecteurs et portaient des talismans leur rappelant de respecter la vie et d'honorer la terre.

H
Ha - Un dieu protecteur, Seigneur des déserts occidentaux aussi connu sous le nom de Seigneur des Libyens. Il était le dieu du désert à l'ouest de l'Egypte, fils du dieu Iaaw qui était probablement aussi un dieu du désert. Ha a fourni une protection contre les Libyens et a ouvert des oasis pour les voyageurs dans le désert. Représenté comme un jeune homme fort avec le signe du désert sur la tête.

Hapi - Un dieu de la fertilité, dieu du limon du Nil et associé à l'inondation qui a provoqué le débordement de la rivière et le dépôt de la terre riche sur laquelle les agriculteurs comptaient pour leurs cultures. Hapi était un dieu très ancien dont le nom peut avoir été dérivé à l'origine de la rivière et qui était une personnification de la rivière à la crue. Il est dépeint comme un homme avec de gros seins et le ventre signifiant la fertilité et le succès.

Hapy - Aussi connu sous le nom de Hapi, un dieu protecteur, l'un des quatre fils d'Horus qui protégeait la jarre canope contenant les poumons. Il présidait le nord, avait la forme d'un babouin et était surveillé par Nephthys.

Hardedef - Le fils du roi Kheops (également connu sous le nom de Cheops, 2589-2566 avant J.-C.) qui a écrit un livre connu sous le nom de Instruction in Wisdom. Le travail était si brillant qu'il était considéré comme l'œuvre d'un dieu et il a été déifié après la mort.

Haroeris - Le nom grec de l'aspect du ciel d'Horus l'Ancien (aussi connu sous le nom d'Horus le Grand qui apparut dans le royaume terrestre comme un faucon.

Harpocrate - Le nom grec et romain d'Horus l'enfant, fils d'Osiris et d'Isis. Représenté comme un jeune garçon ailé avec le doigt sur les lèvres. Il était vénéré en Grèce comme le dieu des secrets, du silence et de la confidentialité.

Hathor - L'une des divinités les plus connues, les plus populaires et les plus importantes de l'Égypte ancienne. Elle était la fille de Râ et, dans certaines histoires, la femme d'Horus l'Ancien. Très ancienne déesse, elle a été envoyée par Râ pour détruire l'humanité pour leurs péchés. Les autres dieux implorèrent Râ d'arrêter sa destruction avant qu'aucun humain ne soit laissé pour bénéficier de la leçon. Râ eut alors une cuve de bière teinte en rouge, ressemblant à du sang, et placée à Dendera qu'Hathor, dans sa soif de sang, buvait. Elle s'endormit et se réveilla comme la déesse bienveillante qui était l'amie de tous. Elle était la déesse patronne de la joie, de l'inspiration, de la célébration, de l'amour, des femmes, de la santé des femmes, de l'accouchement et de l'ivresse. L'un de ses noms est "La Dame de l'ivresse". On pensait qu'elle vivait dans les sycomores et on l'appelait aussi "La Dame du Sycomore". Dans l'au-delà, elle aida à guider les âmes des morts vers le paradis et fut l'une des divinités à bord de la péniche du soleil de Râ qui la défendait contre Apep. Elle est en outre associée à la gratitude et à un cœur reconnaissant. Les Grecs l'associèrent à Aphrodite. Elle est représentée comme une vache ou une femme avec une tête de vache et a évolué à partir de l'ancienne déesse Bat. Ses caractéristiques ont été plus tard largement absorbées par Isis.

Hathor-Nebet-Hetepet - Un aspect de déesse mère d'Hathor adoré à Heliopolis. Elle représentait la main, la partie active, du dieu suprême Atum (Râ).

Hatmehit (Hatmehyt) - C'était une déesse des poissons adorée dans la région du Delta de Mendes. Son nom signifie "Le premier des poissons". Elle est née du symbole totémique du nome (province) de la région de Mendes, qui était un poisson.

Haurun - Un dieu protecteur associé au Grand Sphinx de Gizeh. Il était à l'origine un dieu cananéen associé à la destruction qui planta un arbre de la mort. Quand il a été amené en Egypte par des ouvriers et des marchands cananéens et syriens, il a été transformé en un dieu de la guérison. Son association avec le Sphinx de Gizeh vient de ces travailleurs étrangers qui croyaient que le Sphinx représentait Haurun et ont construit un sanctuaire à leur dieu devant la statue. Il est connu sous le nom de "Victorious Herdsman" pour un sort populaire récité en son nom pour se protéger avant d'aller chasser.

Hedetet - Déesse des scorpions et protectrice contre leur venin, une version précoce de Serket.

Heh et Hauhet - Dieu et déesse de l'infini et de l'éternité. Heh était représenté comme une grenouille et Hauhet comme un serpent. Leurs noms signifient "sans fin" et ils étaient parmi les dieux originels de l'Ogdoad.

Heqet (Heket) - Déesse de la fertilité et de l'accouchement, représentée comme une grenouille ou une femme à tête de grenouille.

Heret-Kau - Une déesse protectrice dont le nom signifie "Celle qui est au-dessus des esprits". Elle était vénérée pendant la période de l'Ancien Empire (vers 2613-2181 av. J.-C.) comme un esprit vivifiant qui protégeait aussi les âmes des morts dans l'au-delà. Ses qualités nourricières ont ensuite été absorbées par Isis.

Heka - Un des dieux les plus anciens et les plus importants de l'Egypte ancienne. Il était le dieu patron de la magie et de la médecine, mais aussi la source primordiale du pouvoir dans l'univers. Il existait avant les dieux et était présent dans l'acte de création bien que, dans les mythes ultérieurs, il soit considéré comme le fils de Menhet et Khnum et une partie de la triade de Latopolis. Il est représenté comme un homme portant un bâton et un couteau, et les médecins étaient connus sous le nom de Prêtres de Heka. La magie faisait partie intégrante de la pratique médicale dans l'Egypte ancienne, et Heka devint donc une divinité importante pour les médecins. Il aurait tué deux serpents et les aurait enlacés sur un bâton comme symbole de son pouvoir ; cette image (empruntée aux Sumériens, en fait) a été transmise aux Grecs qui l'ont associée à leur dieu Hermès et l'ont appelée le caducée. De nos jours, le caducée est souvent confondu avec le bâton d'Asclépiade dans l'iconographie liée à la profession médicale.

Heryshaf - Un dieu de la fertilité représenté comme un homme avec la tête d'un bélier. C'est un dieu ancien remontant au début de la période dynastique (vers 3150-2613 avant notre ère). Il fut plus tard associé à Atum (Râ) et Osiris qui absorbèrent ses qualités.

Heset - Déesse de la nourriture et des boissons associées à la bière et au plaisir. Elle était une déesse primitive de l'Egypte représentée comme une vache avec un plateau de nourriture sur ses cornes et du lait coulant librement de ses mamelles. La bière était appelée "le lait de Heset". Elle a ensuite été absorbée par Hathor. Elle faisait partie de la Triade d'Héliopolis avec Mnevis et Anubis.

Hetepes-Sekhus - Une personnification de l'œil ou Râ qui apparaît comme une déesse cobra dans l'au-delà et détruit les ennemis d'Osiris. Elle est représentée en compagnie de crocodiles.

Horus - Un dieu aviaire primitif qui devint l'une des divinités les plus importantes de l'Egypte ancienne. Associé au soleil, au ciel et au pouvoir, Horus s'est lié au roi d'Égypte dès la première dynastie (vers 3150-2890 avant notre ère). Bien que le nom'Horus' puisse faire référence à un certain nombre de divinités aviaires, il en désigne principalement deux : Horus l'Ancien, l'un des cinq premiers dieux nés au début de la création, et Horus le Jeune qui était le fils d'Osiris et Isis. Suite à la montée en popularité du mythe d'Osiris, Horus le Jeune devint l'un des dieux les plus importants en Egypte. Dans l'histoire, après le meurtre d'Osiris par son frère Set, Horus est élevé par sa mère dans les marais du Delta. Quand il atteint l'âge adulte, il combat son oncle pour le royaume et gagne, rétablissant l'ordre sur la terre. Les rois d'Egypte, à quelques exceptions près, se sont tous liés à Horus dans la vie et à Osiris dans la mort. On pensait que le roi était l'incarnation vivante d'Horus et, à travers lui, le dieu donna toutes les bonnes choses à son peuple. Il est généralement représenté comme un homme avec la tête d'un faucon, mais il est représenté par de nombreuses images différentes. Ses symboles sont l'Oeil d'Horus et le faucon.

Hu - Dieu de la parole parlée, personnification de la première parole prononcée par Atoum (Râ) à l'aube de la création qui a tout fait naître. Lié à Sia et Heka. Sia représentait le cœur, Hu la langue, et Heka leur force sous-jacente qui leur a donné leur pouvoir. Hu est souvent vu comme une représentation du pouvoir de Heka ou Atum et est représenté dans des textes funéraires guidant l'âme vers l'au-delà.

I
Iah (Yah) - Un dieu de la lune qui figure en bonne place dans le calendrier égyptien. Dans l'histoire de la création du monde, Atum est irrité par la relation intime entre Geb (terre) et Nut (ciel) et les sépare ainsi, déclarant que Nut ne peut donner naissance à ses enfants un jour de l'année. Le dieu Thot est apparu et a joué avec Iah pendant cinq jours au clair de lune. Il gagna et divisa les heures de clair de lune en jours qui, parce qu'ils ne faisaient pas partie des jours de l'année décrétés par Atoum, Nout pouvait donner naissance. Elle a ensuite donné naissance aux cinq premiers dieux : Osiris, Isis, Set, Nephthys et Horus l'Ancien en juillet. Les Égyptiens régulaient leur calendrier avec ces cinq jours magiques. Iah a finalement été absorbé par le dieu Khonsu.

Iabet - Déesse de la fertilité et de la renaissance, connue comme "Elle de l'Orient" et parfois associée à Amenet ("Elle de l'Occident"). Iabet a présidé sur les déserts orientaux et, avec le temps, est venu pour les personnifier. Elle était aussi connue sous le nom de "Nettoyeuse de Râ" qui baignait le soleil avant qu'il n'apparaisse dans le ciel de l'aube et personnifiait la fraîcheur du soleil du matin. Elle a finalement été absorbée par Isis.

Ihy - Dieu de la musique et de la joie, en particulier la musique du sistrum. Fils d'Hathor et d'Horus l'Ancien. Il était adoré avec Hathor à Dendera et invoqué dans les festivals. Sa naissance est honorée dans les inscriptions murales des maisons de naissance à Dendera, dans la conviction que la joie et la musique devraient accueillir les enfants sur terre à leur naissance. Représenté comme un enfant avec un sistre.

Imhotep - Le vizir du roi Djoser (vers 2670 av. J.-C.) qui a conçu et construit la pyramide à degrés. Il a vécu vers 2667-2600 av. J.-C. et était un polymathe expert dans de nombreux domaines d'études. Son nom signifie "Celui qui vient en paix" et, après sa mort, il fut déifié comme un dieu de sagesse et de médecine. Les Grecs l'identifiaient à Esculape et l'invoquaient par des sorts pour le guérir. Ses traités médicaux affirmaient, contre toute croyance conventionnelle, que la maladie était d'origine naturelle et non une punition des dieux.

Imsety - Un dieu protecteur, l'un des quatre fils d'Horus qui protégeait la jarre canope tenant le foie. Il présidait dans le sud, avait la forme d'un homme et était surveillé par Isis.

Ipy - Une déesse mère associée dans certains textes à la mère d'Osiris, également connue sous le nom d'Opet et "La Grande Opet". Elle est représentée comme un hippopotame ou une combinaison d'hippopotames, de crocodiles, de femelles humaines et de lions, le plus souvent avec une tête de lion, un corps d'hippopotame, des bras humains et des pieds de lion. Elle était connue sous le nom de "Maîtresse de la protection magique" et est mentionnée pour la première fois dans les textes des pyramides comme protégeant et nourrissant le roi.

Ishtar - La déesse mésopotamienne de l'amour, de la sexualité et de la guerre. Elle était à l'origine Inanna des Sumériens et des Akkadiens, qui devint Ishtar pour les Assyriens et influença le développement d'autres déesses similaires telles qu'Aphrodite des Grecs, Astarté des Phéniciens, Hathor des Egyptiens, et Sauska des Hittites, entre autres. Elle a probablement été introduite pour la première fois en Egypte par le commerce au début de la période dynastique (vers 3150-2613 av. J.-C.), mais elle a définitivement acquis une position dominante après la conquête assyrienne de l'Egypte par Ashurbanipal en 666 av.

Isis - La déesse la plus puissante et la plus populaire de l'histoire égyptienne. Elle était associée à pratiquement tous les aspects de la vie humaine et, avec le temps, elle a été élevée au rang de divinité suprême, "Mère des Dieux", qui prenait soin de ses compagnons divinités comme elle le faisait pour les êtres humains. Elle est le second-né des cinq premiers dieux (Osiris, Isis, Set, Nephtys et Horus l'Ancien), sœur-épouse d'Osiris, mère d'Horus le Jeune, et symboliquement comprise comme la mère de tout roi. Son nom égyptien, Eset, signifie "Déesse du Trône" en raison de son association avec le monarque. Elle était aussi connue sous le nom de Weret-Kekau, "La Grande Magie", en raison de ses incroyables pouvoirs. Elle prenait soin des gens dans la vie et leur apparut après leur mort pour les aider à les guider en toute sécurité vers le paradis. Après la conquête de l'Egypte par Alexandre le Grand en 331 av. J.-C., son culte se rendit en Grèce, puis à Rome. Au temps de l'Empire romain, elle était vénérée dans tous les coins de leur royaume, de la Grande-Bretagne à l'Anatolie en passant par l'Europe. Le culte d'Isis était le plus fort opposant à la nouvelle religion du christianisme entre les 4e et 6e siècles de notre ère, et l'iconographie, ainsi que les principes de croyance, du culte d'Isis ont été intégrés dans la nouvelle foi. L'image de la Vierge Marie tenant son fils Jésus vient directement d'Isis, berçant son fils Horus, et la figure de Dieu mourant et revivifiant de Jésus lui-même est une version d'Osiris.

Figurine Isis
Isis-Euthérie - Une version grecque postérieure d'Isis vénérée en Egypte dont les larmes, lorsqu'elle pleurait Osiris, étaient censées causer l'inondation du Nil.

Iusaaset - Une déesse Mère très tôt appelée "Grand-mère des Dieux" et liée à Atoum à la création du monde. Elle est représentée au début de la période dynastique (vers 3150-2613 av. J.-C.) comme une femme avec l'urée et le disque solaire sur sa tête tenant un sceptre et l'ankh, symbole de vie, et était associée à l'acacia, l'arbre de la vie, considéré comme le plus ancien arbre en Égypte. Elle était connue sous le nom de "Dame de l'Acacia", une épithète attribuée plus tard à Hathor. Les Grecs l'appelaient Saosis.

Iw - Une déesse de la création vénérée à Héliopolis associée à Hathor et Atum, combinant les qualités d'Hathor, Nebet et Hetepet.

J
Dieux du Jugement - Voir Quarante-deux juges

Jupiter-Amun - La version romaine de Zeus-Amun, roi des dieux, vénéré à l'oasis de Siwa en Egypte.


K
Kabechet (Kebehwet ou Qebhet) - Elle était à l'origine une divinité serpent céleste qui est devenue connue comme la fille d'Anubis et une divinité funéraire. Elle fournissait de l'eau pure et fraîche aux âmes des défunts qui attendaient d'être jugées dans le Hall de la Vérité. Elle était associée à Nephthys en tant qu'amie des morts.

Kagemni - Un vizir au roi Sneferu (c. 2613-2589 BCE) qui a écrit le texte de sagesse connu sous le nom d'Instructions de Kagemni. Le livre était considéré comme si important qu'il devait être enseigné aux enfants de la monarchie. Il a été déifié après la mort et adoré comme un dieu de la sagesse.

Kek et Kauket - Dieux de l'obscurité et de la nuit, membres de l'Ogdoad original d'Hermopolis. Kek et Kauket étaient les aspects mâle/femelle des ténèbres, mais en aucun cas associés au mal. Kek était le dieu des heures avant l'aube et était connu sous le nom de "Bringer-in-the-Light" car il guidait la péniche solaire du dieu Ra vers le ciel depuis les enfers. Kauket, son équilibre féminin, était représenté comme une femme avec la tête d'un serpent aussi appelé "Bringer-in-the-Debkness" qui présidait les heures du crépuscule lorsque le soleil se couchait et guidait la péniche du soleil dans le monde souterrain.

Khentekhtai (Khente-Khtai) - C'était un dieu crocodile vénéré dans la quatrième dynastie (c. 2613-2498 av. J.-C.) à Athribis. Son nom et ses qualités protectrices furent plus tard absorbés par Horus.

Khentiamenti (Khentiamentiu) - Un dieu de fertilité d'Abydos qui est devenu un dieu funéraire. Son nom signifie "Premier des Occidentaux" (également donné comme "Premier des Occidentaux") en référence à son rôle de dieu des morts (associé à l'Occident). Son nom et ses attributs furent plus tard absorbés par Osiris.

Khenmu (Khnoum) - Aussi connu sous le nom de "Le Grand Potier", Khenmu était un dieu primitif de la Haute Egypte, très probablement originaire de Nubie. Dans les premiers mythes, il était le dieu qui a façonné les êtres humains de l'argile du fleuve du Nil et les a ensuite tenus haut pour que la lumière de Rê puisse briller sur eux et leur donner la vie. Les humains ont ensuite été placés dans un utérus d'où ils sont nés sur terre. Khenmu est représenté comme un dieu à tête de bélier symbolisant la virilité et la fertilité. Il forme une triade avec les dieux Anuket et Satis à Elephantine à la frontière égyptienne de la Nubie. Lié au dieu Kherty, un autre dieu à tête de bélier, bien qu'une entité complètement différente. Il est le dieu patron des potiers et de ceux qui travaillent dans la céramique.

Khepri - Un aspect de Râ le dieu soleil dans sa forme matinale, représentée par le scarabée.

Kherty (Cherti) - C'était un dieu des enfers à tête de bélier qui transportait les morts lors de leur dernier voyage dans l'au-delà. Dans l'Ancien Empire (vers 2613-2181 av. J.-C.), on disait qu'il régnait sur l'au-delà avec Osiris. Kherty régnait sur l'entrée et les couloirs menant au Hall de la Vérité tandis qu'Osiris régnait sur le Hall et le Champ des roseaux. Les morts ont été salués par d'autres divinités quand ils sont arrivés dans l'au-delà et ont ensuite été amenés à la salle de la vérité pour jugement par Kherty. Dans ce rôle, il était bienveillant, mais certaines inscriptions suggèrent qu'il était un ennemi de l'ordre qui menaçait le roi décédé à son entrée dans le monde souterrain. Inversement, il est aussi dépeint comme protégeant le roi.

Khonsu (Kons, Chonsu, Khensu, ou Chons) - Son nom signifie "Le voyageur" et il était le dieu de la lune. Avec son père Amon et sa mère Mut, il a formé l'une des triades les plus importantes et les plus influentes de Thèbes. Il est représenté comme une momie tenant la crosse et le fléau avec un uraeus et un disque de lune sur sa tête. Khonsu a remplacé l'ancien dieu Montu en tant que fils de Mut et a également assumé ses qualités protectrices. Au temps du Nouvel Empire (1570-1069 av. J.-C.), il était extrêmement populaire et vénéré comme le plus grand des dieux après Amon. Il a été associé à la guérison et les images de Khonsu ont été considérés comme ayant des capacités miraculeuses pour guérir les malades instantanément.

L
Dame de l'Acacia - Un des noms de la déesse Iusaaset, "Grand-mère des Dieux", donnée plus tard à Hathor.

Dame du Sycomore - Un des noms d'Hathor qui vivait dans le sycomore qui était sacré pour son culte.

Lac des Fleurs (Lac des Lys) - Le plan d'eau dans l'au-delà que les âmes des morts justifiés ont traversé pour atteindre le paradis dans le champ des roseaux. Dans le Livre des Morts, on dit que les âmes justifiées peuvent nager et s'amuser au bord de ce lac.

Poisson tardif - La perche du Nil sacrée pour la déesse Neith, vénérée comme une entité divine comme Esna.

M
Maahes (Mahes, Mihos, ou Mysis) - Il était un dieu solaire puissant et protecteur de l'innocent représenté comme un homme à tête de lion portant un long couteau ou un lion. Son nom est lié à la déesse de l'harmonie et de la vérité, Ma'at, et peut signifier "Vrai avant Ma'at". Cette interprétation est vraisemblablement due au fait que ses autres noms incluent "Seigneur de l'Abattage" et "Le Seigneur Écarlate" en référence à sa punition de ceux qui ont violé l'ordre sacré de la vie présidée par la déesse. Il était communément considéré comme le fils de Bastet, mais on l'appelle aussi fils de Sekhmet, ce qui est naturel puisque les deux étaient associés à des chats et des lions. Peut-être un aspect du dieu Néfertoum, également fils de Bastet, et il forma une triade avec Néfertoum et Imhotep à Memphis. Lié par les Grecs aux Furies à cause de sa nature vengeuse.

Maât - Déesse de la vérité, de la justice et de l'harmonie, l'une des divinités les plus importantes du panthéon égyptien. Elle mettait les étoiles dans le ciel et régulait les saisons. Ma'at incarnait le principe du ma'at (harmonie) qui était au cœur de la culture de l'Égypte ancienne. Maât marchait avec un seul à travers la vie, était présent sous la forme de la Plume de Vérité au jugement de l'âme après la mort, et continuait comme une présence dans le paradis du champ des roseaux. Elle est représentée comme une femme portant une couronne avec une plume d'autruche. Le mot signifie "ce qui est droit" et le concept d'harmonie a imprégné tous les aspects de la vie d'un Égyptien. Il y a un temps pour chaque action et chaque aspect de l'existence au sein de ma'at, mais tout doit être reconnu et mis en pratique en temps opportun.

Mafdet (Mefdet) - C'était une des premières déesses de la justice à avoir prononcé un jugement et à avoir été exécutée rapidement. Son nom signifie "Celle qui court" pour la rapidité avec laquelle elle rendait la justice. Elle est la première divinité féline d'Egypte, antérieure à Bastet et à Sekhmet. Elle protégeait les gens contre les morsures venimeuses, en particulier contre les scorpions, et elle était antérieure à Serket qui a assumé ce rôle plus tard. Toutes les qualités de Mafdet ont été plus tard assumées par d'autres divinités féminines, mais Mafdet est restée une déesse populaire du début de la période dynastique (vers 3150-2613 avant notre ère) au Nouvel Empire (1570-1069 avant notre ère) quand elle apparaît comme une juge dans l'au-delà. Elle est représentée comme une femme avec la tête d'un chat, d'un guépard, d'un léopard ou d'un lynx tenant la corde et la lame du bourreau.

Mandulis (Marul ou Merwel) - Une divinité solaire nubienne vénérée par les Egyptiens à Philae et Kalabsha, toutes deux dans l'extrême Haute Egypte près de la frontière nubienne. Le premier temple a été construit à Kalabsha pendant la 18e dynastie (vers 1550-1292 av. J.-C.). Il a été identifié avec Râ et Horus et est représenté comme un faucon portant une coiffe à cornes (la couronne de l'hémème) ou un humain portant la même couronne avec des serpents. Dans son association avec Râ, il est apparu comme un enfant, symbolisant le soleil du matin, et comme un adulte représentant un jour ultérieur.

Mau - Le chat divin qui, dans certaines histoires, est présent à l'aube de la création comme un aspect de Râ. Mau protégeait l'Arbre de Vie, qui détenait les secrets de la vie éternelle et de la connaissance divine, du mauvais Singe serpent. L'histoire de Mau et de l'arbre est racontée dans le sort 17 du Livre des Morts égyptien où il est clair que le chat est Râ personnifié. Le sort 17 prétend aussi que c'est l'origine des chats sur terre.

Mehen - Le dieu serpent qui s'est enroulé autour de Râ dans la péniche du soleil pour le protéger des attaques d'Apep. Dans les premiers mythes, il est montré en train de protéger Râ tandis que Seth combat le serpent.

Mehet-Weret - Une déesse du ciel antique et l'une des plus anciennes divinités d'Egypte. Elle est la déesse de la vache céleste qui s'est levée des eaux primordiales du chaos pour donner naissance au dieu Soleil Râ au début des temps. Son nom signifie "Grand Déluge" et elle est associée à la fertilité et à l'abondance. Après avoir mis au monde le soleil, elle le plaçait entre ses cornes et le soulevait chaque matin dans le ciel. Ses qualités furent plus tard absorbées par Hathor.

Mehit (Meyht) - Elle était une déesse lunaire du début de la période dynastique (vers 31250-2613 avant notre ère) identifiée avec le concept de la déesse éloignée qui quitte Râ et revient pour apporter la transformation. Habituellement dépeinte comme une lionne allongée avec trois bâtons dépassant de derrière elle. Consort of Anhur.

Mekhit - Déesse de la guerre, probablement originaire de Nubie, représentée comme une lionne rugissante et associée à la lune. Elle symbolisait l'aspect vengeur de l'Oeil de Rê. Dans un mythe, l'Oeil de Rê part pour la Nubie où il se transforme en lionne. Le dieu Onuris le traque et le ramène à Rê où il devient (ou donne naissance) à Menhit qui devient alors l'époux d'Onuris. Elle était vénérée à Abydos dans le centre culte en son honneur et celui d'Onuris. L'histoire de Menhit, Onuris et l'Oeil de Rê est un exemple du motif de la Déesse lointaine où l'oeil quitte Rê et revient ou est retourné, apportant la transformation.


Menhit (Menhyt) - C'était une divinité solaire qui représentait le front du dieu Soleil Râ, représenté comme une lionne couchée. Elle était vénérée dans la région du Delta et associée à Neith et Wadjet comme déesse protectrice.

Meretseger - Une déesse protectrice sous la forme d'un cobra vénéré à Thèbes. Plus précisément, elle gardait la nécropole de la Vallée des Rois.

Mérite - La déesse de la musique qui a aidé à établir l'ordre cosmique par des moyens musicaux. C'était une déesse mineure qui fut finalement totalement éclipsée par Hathor en ce qui concerne la musique. Hathor s'associa spécifiquement au sistrum et à la musique en général, mais, plus tôt, c'est la déesse Merit qui "dirigeait" la symphonie de l'ordre qui accompagnait la création.

Meskhenet - Déesse de l'accouchement et l'une des plus anciennes divinités d'Egypte. Meskhenet était présent à la naissance, créait son ka (aspect de l'âme) et le soufflait dans son corps. Ce faisant, elle a fourni le destin de la personne à travers son caractère. Elle était également présente au jugement de l'âme dans l'au-delà en tant que consolatrice et l'était avec un individu à la naissance, pendant la vie et après la mort. Elle est représentée sous la forme d'une brique d'accouchement (les femmes en pierre s'accroupissent pour accoucher) avec la tête d'une femme ou d'une femme assise avec une brique d'accouchement sur sa tête. Son rôle de pourvoyeuse de destin a finalement été repris par les Sept Hathors, mais elle a continué à être vénérée dans les foyers tout au long de l'histoire de l'Egypte.

Mestjet - Une déesse à tête de lion vénérée à Abydos comme l'un des nombreux aspects de l'Œil de Rê. Elle a sans aucun doute été mise en vedette dans les histoires de la Déesse lointaine, comme le sont généralement les divinités associées à l'Oeil de Rê, mais aucune histoire n'a été trouvée jusqu'à présent. Elle n'est connue que d'une seule stèle à Abydos qui la montre debout avec l'ankh dans une main et un bâton dans l'autre comme une femme et sa fille approche pour lui rendre hommage.

Min - Ancien dieu de la fertilité de la période prédynastique (vers 6000-3150 avant notre ère). Min était le dieu des déserts orientaux qui veillait sur les voyageurs mais était aussi associé à la boue noire fertile du delta égyptien. Il est montré comme le mari d'Isis et le père d'Horus dans les premières inscriptions et est donc associé à Osiris. Min est représenté comme un homme tenant son pénis en érection dans une main avec le fléau de l'autorité dans l'autre.

Mnevis (Mer-Wer ou Nem-Wer) - Mnevis était le taureau sacré d'Héliopolis considéré comme un aspect du dieu Soleil Râ. C'était un taureau vivant choisi dans un troupeau pour son pelage complètement noir. Un seul taureau Mnevis pouvait exister à un moment donné et un autre n'a été choisi qu'après la première mort. Il a finalement été absorbé par Apis.

Montu - Un dieu faucon qui a pris de l'importance à la 11e dynastie à Thèbes (vers 2060-1991 avant notre ère). Son nom a été pris par les trois souverains de la dynastie sous la forme de Mentuhotep (Montuhotep) qui signifie "Montu est heureux". Il finit par s'associer à Rê en tant que dieu composite du soleil Mont-Ra et fut associé à Horus en tant que dieu de la guerre. Les Grecs l'assimilaient à Apollon.

Mout - Déesse mère primitive qui a probablement joué un rôle mineur pendant la période prédynastique (vers 6000-3150 av. J.-C.) mais qui est devenue plus tard l'épouse d'Amon et la mère de Khonsu, membre de la triade thébaine. Mut était une divinité protectrice associée à Bastet et Sekhmet. Elle veillait sur les gens dans la vie et, dans le sort 164 du Livre des Morts, elle est dépeinte comme une sauveuse d'âmes piégées par des démons dans l'après-vie. Elle était aussi la protectrice divine du roi et de l'État qui rôtissaient des conspirateurs et des traîtres dans son brasier flamboyant.

N
Nebethetpet - Une déesse vénérée à Héliopolis comme la personnification de la main d'Atoum, le principe actif et féminin du dieu.

Nefertum (Nefertem) - Dieu du parfum et des arômes doux. Nefertum est né du bourgeon de la fleur de lotus bleu à l'aube de la création et était à l'origine un aspect de Atum. Son nom signifie "Beautiful Atum". Plus tard, il a été considéré comme sa propre divinité et est devenu associé à des fleurs odorantes. Il est associé à la renaissance et à la transformation par son lien avec le dieu Soleil et les fleurs. Dans la médecine égyptienne, il était appelé à guérir les arômes pour guérir les maladies et associé à l'encens.

Nehebkau (Nehebu-Kau) - "Celui qui unit le Ka", était un dieu protecteur qui joignait le ka (aspect de l'âme) au corps à la naissance et unissait le ka au ba (aspect ailé de l'âme) après la mort. Il est dépeint comme un serpent et, comme Heka, il a toujours existé. Nehebkau nageait dans les eaux primordiales à l'aube de la création avant qu'Atum ne s'élève du chaos pour imposer l'ordre.

Nehmetawy - Une déesse protectrice dont le nom signifie "Celle qui embrasse ceux dans le besoin". Elle était vénérée à Hermopolis où elle était considérée comme l'épouse de Nehebkau. Dans d'autres régions, elle était l'épouse du dieu de la sagesse et de l'écriture, Thot.

Neith - L'une des divinités les plus anciennes et les plus durables de l'Egypte ancienne, vénérée depuis la période prédynastique (vers 6000-3150 avant notre ère) jusqu'à la dynastie ptolémaïque (323-30 avant notre ère), la dernière à régner sur l'Egypte avant sa prise par Rome. Neith était une déesse de la guerre, une déesse créatrice, une déesse mère, une déesse mère et une déesse funéraire en son temps et protectrice de la ville de Saïs dans le delta du Nil. Elle fut la déesse la plus importante de la Basse-Égypte au début de l'histoire et continua à occuper une position importante dans le culte pendant des millénaires. Dans les premières représentations, on la voit avec un arc et des flèches et l'une de ses épithètes était "Maîtresse de l'arc". En tant que déesse créatrice, elle s'est identifiée aux eaux du chaos (Nun) avant la création et, dans ce rôle, elle est appelée "Grand-mère des Dieux" ou "Mère des Dieux". On pensait qu'elle avait inventé la naissance et qu'elle était étroitement associée aux choses vivantes et en croissance. En tant que déesse mère, elle est la médiatrice des disputes des dieux, plus connue sous le nom de déesse qui règle la question de savoir si Horus ou Seth doit gouverner l'Egypte lorsque le tribunal des dieux ne peut décider. Elle est aussi devenue une déesse funéraire de premier plan qui veillait sur les morts. Sa statue apparaît avec celles d'Isis, de Nephtys et de Serket dans la tombe de Toutânkhamon. Elle est la déesse gardienne de Duamutef, l'un des quatre fils d'Horus qui veillent sur les jarres canopes dans les tombes et est également représentée comme un juste juge des morts dans le Hall de la Vérité.

Nekhbet - Une déesse protectrice sous la forme d'un vautour qui gardait la Haute-Égypte. Elle était associée à Wadjet, protecteur de la Basse-Égypte. Les deux sont appelés "Les Deux Dames".

Nekheny - Un dieu protecteur sous la forme d'un faucon patron de la ville de Nekhen à l'époque prédynastique (vers 6000-3150 avant notre ère). Ses attributs ont finalement été absorbés par Horus.

Neper - Dieu des grains, fils de la déesse des moissons Renenutet. Il était une personnification du maïs et associé à Osiris en tant que dieu de la fertilité. Neper est antérieur à Osiris et peut avoir été l'un des premiers dieux à préfigurer le mythe d'Osiris. Le texte du cercueil II.95 le désigne comme le dieu "vivant après sa mort" et les inscriptions le relient à la figure du Dieu mourant et revivifiant avant la popularité d'Osiris.

Nephthys - Une déesse funéraire, l'un des cinq premiers dieux nés de Geb et Nout après la création du monde, épouse de Seth, sœur jumelle d'Isis, et mère d'Anubis. Son nom signifie "Maîtresse de l'Enceinte du Temple" ou "Maîtresse de la Maison" en référence à une maison ou un temple céleste. Elle est représentée comme une femme avec une maison sur la tête. Nephthys est largement, et à tort, considérée comme une divinité mineure alors qu'en fait elle était adorée dans toute l'Egypte depuis les premières périodes jusqu'à la dernière dynastie pour gouverner l'Egypte. Elle était considérée comme la déesse des ténèbres à la lumière d'Isis, mais cela n'avait aucune connotation négative, seulement un équilibre. Nephthys figure en bonne place dans le mythe d'Osiris lorsqu'elle se transforme en Isis pour séduire Osiris, lorsqu'elle trahit l'emplacement du corps d'Osiris pour Seth, et lorsqu'elle aide sa sœur à faire revivre le roi mort. Elle était connue sous le nom d'"Ami des Morts" pour les soins qu'elle prodiguait aux âmes de l'au-delà et les cerfs-volants de Nephthys, qui encourageaient l'expression ouverte du deuil lors des funérailles, étaient connus sous le nom de "cerfs-volants de Nephtys". Dans le texte Les Lamentations d'Isis et de Nephtys, elle rappelle l'âme d'Osiris d'entre les morts. Ce texte a été récité régulièrement lors de festivals, de services et de funérailles dans toute l'Égypte.

Amulette Nephthys
Nu (Nun) et Naunet - Nu était la personnification du chaos primordial dont le monde est issu. Naunet est son aspect féminin et son épouse. Nu est communément considéré comme "Père des Dieux" alors que Naunet n'est référencé que pour l'Ogdoad, le regroupement de huit dieux primordiaux, quatre mâles correspondant à quatre femelles, qui représentent les éléments originaux de la création. Dans certains mythes ultérieurs, la déesse Neith est associée à Nu.

Noix - La déesse primordiale du ciel qui personnifiait la voûte céleste, épouse de Geb (terre), mère d'Osiris, Isis, Set, Nepthys, et Horus l'Ancien. Après que le monticule primordial se soit levé des eaux du chaos à la création, Atum (Râ) a envoyé ses enfants Shu et Tefnut dehors pour créer le monde. Quand ils sont revenus, il était si heureux qu'il a versé des larmes de joie qui sont devenues des êtres humains. Ces créatures n'avaient nulle part où vivre et donc Shou et Tefnout se sont accouplés pour donner naissance à Geb (terre) et Nout (ciel). Leur relation était si intime qu'elle dérangea Atum qui poussa Nut bien au-dessus de Geb et la fixa là. Il a également décrété qu'elle ne pouvait donner naissance à aucun jour de l'année. Thot, le dieu de la sagesse, joua avec Iah, dieu de la lune, et gagna cinq jours de clair de lune qu'il transforma en jours. Nut a ensuite pu donner naissance à ses cinq enfants pendant cinq jours consécutifs en juillet, ce qui ne faisait pas partie de l'original d'Atum. Dans certaines versions de l'histoire, c'est Khonsu qui perd le pari avec Thot.

O
Ogdoad - Les huit dieux représentant les éléments primordiaux de la création : Nu et Naunet (eau) ; Heh et Hauhet (infini) ; Kek et Kauket (ténèbres) ; Amon et Amaunet (cachette, obscurité). Le concept d'équilibre, si important pour la culture égyptienne, a été incarné dans les diverses ogdoades des dieux égyptiens/sprits du lieu.

Onuris (Anhur) - C'était un dieu de la guerre et de la chasse. Son nom signifie "Celui qui ramène l'Eloigné", ce qui est une référence à l'histoire de sa récupération de l'Oeil de Râ en Nubie. Dans ce conte, l'Oeil de Rê sort d'Egypte et se transforme en lion. Onuris chasse le lion, le capture et le ramène à Râ où il se transforme en déesse Mekhit qui devient alors son épouse. Cette histoire est un exemple du motif de la Déesse Eloignée dans lequel l'Oeil de Rê s'éloigne du dieu Soleil et revient (ou revient lui-même) en apportant la transformation. Onuris était considéré comme un fils de Râ et associé au dieu Shou. Son image (en tant qu'Anhur) figurait sur les bannières de l'armée égyptienne alors qu'il les conduisait à la guerre, les protégeait au combat et les ramenait sains et saufs chez eux. Il était le dieu protecteur de l'armée égyptienne et des chasseurs.

Osiris - Seigneur et juge des morts, l'un des cinq premiers dieux nés de Nout à l'aube de la création et l'un des dieux les plus populaires et les plus durables d'Egypte. Son nom signifie "Puissant" ou "Puissant". Osiris était à l'origine un dieu de la fertilité qui a grandi en popularité et en influence à travers le mythe d'Osiris dans lequel il est tué par son frère, Set, ramené à la vie par sa femme Isis, son père le dieu du ciel Horus, et descend dans le monde souterrain comme juge des morts. Dans le Livre des Morts égyptien, il est souvent mentionné comme le juste juge dans la Salle de la Vérité qui pèse le cœur des âmes des morts contre la plume blanche de ma'at. Il est l'un des premiers exemples de la figure de Dieu mourant et revivifiant de la mythologie qui s'est penché sur la version ultérieure de cette figure, Jésus Christ. Les rois égyptiens s'identifiaient à Osiris dans la mort et il est généralement représenté comme une momie (symbolisant la mort) et avec la peau verte ou noire (symbolisant la fertilité de la région du Nil et la vie). Il était si populaire que les gens de l'Egypte ancienne payaient pour faire enterrer leurs corps à Abydos près de son centre culte et ceux qui n'avaient pas les moyens de payer pour que des mémoriaux soient érigés à leur mémoire ou à celle de leurs proches à Abydos, croyant que la proximité d'Osiris sur terre garantissait un accès au paradis après la mort. Son culte se confondit naturellement avec celui de sa femme et le culte d'Isis, avec son symbolisme du salut, de la vie éternelle, du dieu mourant et revivifiant, et du fils divin né d'une mère vierge, influencera plus tard le développement du Christianisme primitif.

Dieu égyptien Osiris
Osiris-Apis - Le taureau Apis, traditionnellement associé au dieu Ptah, est devenu lié à Osiris comme ce dernier dieu est devenu plus populaire. A Saqqara, les prêtres ont commencé à adorer un dieu hybride qu'ils appelaient Osiris-Apis qui était le dieu sous forme de taureau. Comme pour le taureau traditionnel Apis, un taureau vivant était considéré comme une incarnation du dieu. Quand le taureau sacré mourut, il fut momifié avec le même soin qu'un roi.

P
Pakhet - Déesse de la chasse sous forme de lionne, son nom signifie "Celle qui gratte" ou "Déchireuse". Elle était une épouse d'Horus et associée aux aspects vengeurs de Sekhmet et à la justice d'Isis. On pensait qu'elle chassait la nuit et terrifiait ses ennemis.

Panebtawy - Le dieu enfant, personnification du roi comme fils divin d'Horus et aussi d'Horus comme un enfant. Il a été dépeint comme un jeune garçon avec son doigt sur les lèvres, préfigurant l'image ultérieure d'Harpocrate, la version grecque de l'enfant Horus. Son nom signifie "Seigneur des Deux Terres". Il était le fils de Tasenetnofret, une déesse locale de Kom Ombo qui était une manifestation d'Hathor.

Pataikos - Petites divinités amuletiques qui représentaient le pouvoir du dieu Ptah. Ils étaient dépeints comme des dieux nains et portés pour se protéger.

Sommet - Connu sous le nom de "Sommet de l'Ouest", la personnification du sommet le plus élevé des falaises qui ont éclipsé la Vallée des Rois et vénéré par les ouvriers de Deir el-Medina comme un pouvoir protecteur.

Peteese et Pihor - Deux frères humains connus comme "les fils de Kuper" qui se sont noyés dans le Nil près de Dendur. Ils ont été déifiés pour leur association avec Osiris, résultant de leur mort dans la rivière, et ont servi de divinités locales de protection. Auguste César a construit un temple en leur honneur à Dendur qui est maintenant exposé au Metropolitan Museum of Art à New York. Les reliefs du temple montrent les divins-frères offrant des cadeaux à Isis.

Ptah - L'un des dieux égyptiens les plus anciens qui apparaît dans la première période dynastique (c. 3150-2613 av. J.-C.) mais qui date très probablement de la période prédynastique (c. 6000-3150 av. J.-C.). Ptah était le grand dieu de Memphis, créateur du monde, seigneur de la vérité et dieu en chef de la ville de Memphis et de ses environs vers 3000 av. Ptah était à l'origine la figure qui se tenait sur le monticule primordial du ben-ben à la création du monde. Il était probablement un dieu de la fertilité primitive et est associé à l'arbre du moringa qu'il aimait, dans un mythe primitif, reposer en dessous. Il était le dieu patron des sculpteurs et des artisans ainsi que des bâtisseurs de monuments car on pensait qu'il avait sculpté la terre. Il était parfois connu sous le nom de Ptah-Nun ou Ptah-Naunet dans son aspect créatif, le reliant aux substances primordiales de l'Ogdoad. Il est représenté comme un homme momifié portant une calotte crânienne tenant le sceptre d'autorité Was avec les symboles ankh et djed en haut.

Ptah-hotep - Auteur de l'un des plus célèbres Textes de Sagesse, qui fut déifié après sa mort et honoré de son propre culte.

Ptah-Sokar-Osiris - Un dieu hybride de ces trois-là associé à la création, la mort et la renaissance. Adoré dans la période de l'Empire du Milieu (2040-1782 avant notre ère).

Q
Qebhet - Voir Kabechet

Qebehsenuef - Un dieu protecteur, l'un des quatre fils d'Horus qui protégeait la jarre canope des intestins. Il présidait à l'ouest, avait la forme d'un faucon et était surveillé par Serket.

Qudshu (Qadesh) - Déesse syrienne de l'amour, épouse du dieu de la guerre Reshep, assimilée au culte égyptien pendant le Nouvel Empire (1570-1069 avant notre ère). Elle était la déesse du plaisir sexuel et de l'extase sacrée qui était associée à Hathor, Anat et Astarte. Son nom signifie "Saint" et elle est toujours représentée comme une femme nue et mince tenant les symboles de l'érotisme et de la fertilité ; le lotus fleurit dans sa main droite et les serpents ou tiges de papyrus dans sa gauche. Elle était largement vénérée dans toute l'Egypte. Son culte a reconstitué le mariage sacré entre Qudshu et Reshep, un rituel longtemps associé au culte d'Ishtar/Inanna en Mésopotamie et Astarte en Phénicie.

R
Râ (Atoum ou Rê) - Le grand dieu soleil d'Héliopolis dont le culte s'est répandu à travers l'Egypte pour devenir le plus populaire par la cinquième dynastie (2498-2345 BCE). Les pyramides de Guizeh sont associées à Rê en tant que seigneur suprême et dieu créateur qui régnait sur la terre des vivants et des morts. Il conduit sa péniche solaire à travers les cieux le jour, montrant un autre aspect de lui-même à chaque avancée du soleil à travers le ciel, puis plonge dans le monde souterrain le soir où la péniche est menacée par le serpent primordial Apep (Apophis) et doit être défendu par les autres dieux et âmes des morts justifiés. Râ était l'un des dieux les plus importants et les plus populaires d'Egypte. Même lorsque le dieu Amon s'éleva en proéminence, la position de Râ ne fut pas diminuée et il fusionna avec Amon pour devenir Amon-Rê, le dieu suprême.

Raettawy (Raet ou Raet-Tawy) - Elle était l'aspect féminin de Rê. Elle est associée à Hathor et est représentée comme ressemblant étroitement à Hathor avec l'uraeus sur sa tête tenant le disque solaire, parfois avec deux plumes sur le disque.

Ra-Harakhte (Raharakty ou Ra-Harakhty) - Un amalgame de dieu faucon de Rê et Horus qui personnifiait le soleil aux deux horizons, lever et coucher du soleil. Harakhte' signifie "Horus de l'Horizon". Il est représenté comme un homme avec une tête de faucon portant le disque solaire comme une couronne.

Renpet - Une déesse qui personnifie l'année. Elle est représentée dans les inscriptions par une branche de palmier crantée signifiant le passage du temps, l'image hiéroglyphique de l'année. Elle n'avait pas de culte ou de temple formel, mais faisait partie intégrante de la conception égyptienne du temps : qu'il était imprégné, comme tout le reste, de personnalité et de vitalité.

Renenutet (Renenet ou Ernutet) - Une déesse très importante représentée comme un cobra ou un cobra d'élevage avec la tête d'une femme. Son nom signifie "Serpent qui nourrit" et elle était la déesse de l'allaitement et de l'éducation des enfants. Avec le temps, elle est devenue étroitement associée à Meskhenet, déesse de l'accouchement et du destin, et l'a même remplacée pour déterminer la durée de la vie d'une personne et les événements importants qui lui arriveraient. Avec Meskhenet, elle était aussi associée à Neith et parfois représentée comme la mère d'Osiris, avec Isis comme la femme d'Osiris et la mère d'Horus, comme la femme ou l'épouse d'Atum. Dans l'au-delà, elle apparaît comme la "Dame de la Justification" qui la relie à la déesse Maât. On pensait qu'elle protégeait les vêtements portés par le roi dans l'au-delà et on l'appelait aussi "Dame des robes". A ce titre, elle apparaît comme un cobra cracheur de feu qui chasse les ennemis du roi. C'était aussi une déesse des céréales connue sous le nom de "Dame des champs fertiles" et "Dame des greniers" qui protégeait la récolte et était la mère de Nepri, dieu des céréales. En tant que déesse de la fertilité, elle était encore plus liée au Nil et à l'inondation et donc à Hapi, le dieu de la boue fertile du Nil.

Reret - Une divinité protectrice sous la forme d'un hippopotame dont le nom signifie "Semer". Elle représentait la constellation Draco et était une protectrice de la péniche solaire alors qu'elle se frayait un chemin dans le monde souterrain. En tant que constellation, elle est parfois connue sous le nom de Reret-weret (" La Grande Truie ") et était appelée Maîtresse de l'Horizon. Elle est associée à la déesse Hippopotame Taweret, mieux connue, et, en tant que déesse du ciel et force protectrice, à Hathor et Nout.

Reshep - Un dieu de guerre syrien assimilé au culte égyptien pendant la période du Nouvel Empire (1570-1069 BCE). Il était l'épouse de la déesse du plaisir sexuel et de l'extase sacrée Qudshu (Qadesh) et était adoré avec elle dans une triade qui comprenait le dieu de la fertilité Min. Le mariage sacré de Qudshu et de Reshep a été reconstitué par leurs adeptes reliant le culte à celui d'Inanna/Ishtar de Mésopotamie qui avait longtemps pratiqué le même rituel. Reshep est en outre lié à la Mésopotamie par son identification en iconographie avec le dieu de guerre mésopotamien Nergal. En tant que dieu de la peste, il est aussi lié à Seth, dieu du chaos et des déchets arides. Reshep est uniformément dépeint comme un guerrier fort tenant un bâton de guerre surélevé et portant une jupe et une longue barbe de style mésopotamien.

Ruty - Les dieux jumeaux lion jumeaux qui représentaient les horizons oriental et occidental. Le nom signifie "Paire de Lions". Ils étaient à l'origine associés à Shou et Tefnout en tant que divinités du ciel et ont fini par être liés à Râ et à la barge solaire.

S
Sah - Un dieu astral, personnification de la constellation Orion, généralement associé à Sothis (Sopdet) comme représentations des formes astrales d'Osiris et Isis. Il est appelé "Père des dieux" dans les Textes des Pyramides et était un aspect important des rites funéraires où il accueillait le roi dans l'au-delà. Connu aussi sous le nom de "Demeurant en Orion", Pyramide Texte chapitre 186 accueille l'âme, "Au nom du Demeurant en Orion, avec un temps dans le ciel et un temps sur terre" qui peut être compris comme, "avec un temps dans le ciel après un temps sur terre". Il est dépeint comme un homme tenant l'ankh et était sceptre debout dans un bateau entouré d'étoiles dans un ciel nocturne.

Satis (Satet ou Satit) - Déesse de la frontière sud de l'Egypte avec la Nubie et associée à Eléphantine dans la région d'Assouan. Son nom apparaît pour la première fois sur des jarres en pierre à Saqqara qui ont été placées à l'intérieur des chambres basses de la pyramide à degrés de Djoser (vers 2670 av. J.-C.) et on pense qu'elle est une déesse plus âgée de la période prédynastique de l'Égypte (vers 6000-3150 av. JC). Elle est parfois considérée comme la compagne de Khnoum, dieu du Nil à Eléphantine d'où les Egyptiens croyaient que le fleuve venait et est associée au motif de l'Oeil de Rê et de la Déesse lointaine dans certains contes où elle revient de très loin pour apporter la transformation. A ce titre, elle est liée à l'inondation du Nil. Elle est également liée à Sothis (Sopdet), la personnification de l'étoile Sirius dont l'apparition dans le ciel nocturne annonce l'inondation. Elle est représentée comme une femme portant la couronne blanche de Haute-Égypte avec des cornes d'antilope.

Sebiumeker - Un dieu gardien qui était une divinité majeure à Méroé, Kush comme dieu de la procréation et de la fertilité. Sebiumeker est associé à Atum en tant que dieu créateur et peut avoir été le dieu suprême du panthéon dans la région qu'est le Soudan actuel. Sa statuaire, ainsi qu'un autre dieu nommé Tabo, ont souvent été trouvés près des portes donnant lieu à l'interprétation qu'il était un dieu gardien. Cependant, il se peut qu'il ne l'ait pas été ; son placement aux portes aurait pu avoir un sens touchant à la transformation, surtout lorsqu'il était placé aux portes des temples.

Sed - Une ancienne divinité chacal dont le nom apparaît pour la première fois sur la pierre de Palerme de la cinquième dynastie (2498-2345 av. J.-C.), mais qui était probablement beaucoup plus ancienne. Il était le protecteur de la royauté et le roi individuel. Il présidait la Fête de Sed (également connue sous le nom de Fête Heb-Sed) qui se tenait tous les trente ans sous le règne d'un roi pour le rajeunir. Il a finalement été absorbé par Wepwawet ou il se pourrait que Wepwawet (dont le nom signifie "ouvreur des voies") était simplement une des épithètes de Sed qui est devenue plus populaire. En tant que protecteur du roi divin, Sed était associé à la justice et donc lié à la déesse Maât.

Sekhmet - Une des déesses les plus importantes de l'Egypte ancienne. Sekhmet était une divinité léonine généralement représentée comme une femme à tête de lion. Son nom signifie "Puissant" et est généralement interprété comme "La Femme Puissante". Elle était une déesse de la destruction et de la guérison, des vents du désert et des brises fraîches. Elle était la fille de Rê qui apparaît dans l'une des histoires les plus importantes concernant le motif Oeil de Rê/Déesse éloignée. Quand Râ se lassa des péchés de l'humanité, il envoya Sekhmet pour les détruire. Elle a ravagé la terre jusqu'à ce que les autres dieux implorent Râ de l'arrêter avant que les humains ne soient complètement détruits. Râ avait une cuve de bière teinte en rouge pour attirer la soif de sang de Sekhmet et l'a laissée à Dendera où elle l'a bue et est tombée dans un profond sommeil ; quand elle s'est réveillée elle était la bienveillante Hathor. Sekhmet continua cependant d'exister sous sa forme léonine et fut la divinité patronne de l'armée pour ses pouvoirs de destruction et de vengeance. Elle était connue sous le nom de "Smiter of the Nubians" à cet égard, mais elle a également apporté des catastrophes naturelles. Les fléaux étaient connus sous le nom de "Messagers de Sekhmet" ou "Abatteurs de Sekhmet". De la même manière qu'elle pouvait apporter les vents du désert, elle pouvait les dévier, et de la même manière avec la peste ; tout comme elle avait apporté la peste, elle pouvait la guérir et était connue comme "Maîtresse de la Vie" à ce titre (et était donc fréquemment invoquée dans les incantations et les sorts de guérison par les anciens médecins). Elle était étroitement associée à d'autres divinités léonines telles que Bastet et Pakhet et était considérée comme l'aspect agressif et violent de la déesse Mut.

Sepa - Un dieu protecteur sous la forme d'un mille-pattes avec la tête d'un âne ou de cornes, connu sous le nom de "Centipède d'Horus". Il était vénéré comme la divinité qui protégeait des morsures de serpent et une certaine forme de Sépa était vénérée dans la période prédynastique (vers 6000-3150 avant JC). Il avait son propre temple à Héliopolis où il était associé à Osiris sous une forme momifiée symbolisant ses pouvoirs protecteurs dans l'au-delà.

Sérapis - Le dieu hybride créé par Ptolémée Ier Soter d'Egypte (r. 323-283 avant notre ère), premier souverain de la dynastie ptolémaïque (323-30 avant notre ère), la dernière dynastie à gouverner l'Egypte avant sa prise sous gouvernance romaine. Sérapis était un mélange d'Osiris et d'Apis, mais son caractère et ses attributs étaient un mélange de ces deux divinités égyptiennes avec les dieux grecs Zeus, Helios, Dionysius, Hadès et Asklepius. Il était la divinité suprême vénérée au célèbre Serapeum près de la Bibliothèque d'Alexandrie. Ptolémée Ier voulait créer le genre de société multiculturelle que son défunt commandant et modèle de rôle Alexandre le Grand avait tenté et Sérapis était un élément important à cet égard. Sérapis était un mélange complet d'idéaux égyptiens et grecs qui convenaient au genre de société que j'encourageais Ptolémée.

Seret - Une déesse protectrice léonine probablement de Libye. Elle n'est mentionnée que dans une inscription de la cinquième dynastie (2498-2345 av. J.-C.) comme déesse d'une région d'Égypte habitée principalement par des Libyens - le 3e nome (province) de Basse-Égypte. Comme les autres divinités léonines, elle est une protectrice féroce de ses partisans et se venge des torts qui leur sont faits.

Serket (Selket, Serqet ou Serkis) - Elle était une déesse protectrice et aussi une déesse funéraire importante probablement originaire de la période prédynastique (c. 6000-3150 avant notre ère) et mentionnée pour la première fois pendant la première dynastie de l'Egypte (c. 3150-2890 avant notre ère). Elle est surtout connue pour sa statue en or trouvée dans la tombe de Toutankhamon. Serket était une déesse scorpion représentée comme une femme avec un scorpion sur la tête et les bras tendus dans une pose protectrice. Elle a pu avoir été une déesse mère primitive qui s'est transformée en une divinité qui protégeait les gens (surtout les enfants) du venin de scorpion et ensuite en une déesse qui protégeait de tout venin. Une histoire connue sous le nom d'Isis et les Sept Scorpions raconte comment Isis a été insultée une fois par une femme riche et Serket, qui avait envoyé ses sept scorpions comme gardes du corps d'Isis, a demandé à l'un d'eux de piquer le fils de cette femme. Le garçon allait mourir du venin, mais Isis le sauva et pardonna à la femme. Par la suite, Serket a suivi l'exemple du pardon d'Isis et a protégé les autres enfants des scorpions. Ses prêtres étaient en grande partie des médecins qui invoquaient son nom dans la guérison. Dans l'au-delà, elle a aidé à guider les âmes des morts vers le paradis et a protégé une partie dangereuse du voyage. Avec Isis, Neith et Nephtys, elle veille sur les quatre fils d'Horus qui gardent les viscères des morts dans les tombes.

Seshat (Sefkhet-Abwy ou Safekh-Aubi) - Elle était la déesse de l'écriture, des livres, des notes et des mesures. Son nom signifie "La Femme Scribe" et elle était l'épouse de Thot, dieu de la sagesse et de l'écriture (bien que parfois elle soit représentée comme sa fille). Elle est la patronne des bibliothèques, publiques et privées, et était connue sous le nom de "Celle qui est la première dans la Maison du Livre". Elle était aussi la déesse patronne des scribes. En tant que déesse des mesures, elle veillait à ce que le roi mesure correctement en commandant la construction de temples et de monuments et l'assistait dans les mesures pour les rituels. Elle est mentionnée pour la première fois dans la seconde dynastie (vers 2890-2670 avant notre ère) comme aidant le roi Khasekemwy à cet égard. Son association avec les mesures a fini par faire d'elle la patronne des constructeurs, des architectes et de ceux qui s'occupaient de la comptabilité du bétail, des autres animaux et des captifs saisis à la guerre. Bien qu'elle n'ait jamais eu de temple à elle, comme le fait remarquer R.H. Wilkinson, "en vertu de son rôle dans la cérémonie de fondation, elle a fait partie de chaque temple" (167). Elle est représentée comme une femme portant une peau de léopard sur une robe avec un bandeau tenant un bâton avec une étoile sur le dessus. Elle tient un instrument d'écriture dans la main droite et la tige de paume encochée représentant le passage des années dans sa main gauche.

Set (Seth) - Dieu de la guerre, du chaos, des tempêtes et de la peste. Son nom se traduit par "Instigateur de confusion" et "Destructeur". Il est représenté comme une bête rouge aux sabots biongulés et au conte fourchu et est le prototype de l'iconographie ultérieure du Diable chrétien. Set était à l'origine un dieu-héros qui chassa le serpent Apep (Apophis) de la péniche du dieu soleil et le tua la nuit. C'était un dieu du désert qui apportait les vents maléfiques des terres arides dans la luxuriante vallée du Nil et était associé aux terres et aux peuples étrangers. Ses épouses étaient Anat et Astarte, deux déesses associées à la guerre et toutes deux de pays étrangers, ainsi que Taweret, la déesse protectrice bénigne de l'accouchement et de la fertilité. L'ensemble est souvent qualifié de "mal", et a manifesté de nombreuses qualités maléfiques, mais n'était pas considéré par les anciens Egyptiens comme une incarnation du mal ou de l'obscurité. Il était plutôt considéré comme un équilibre nécessaire aux dieux comme Osiris et Horus qui représentaient toutes choses nobles et bonnes, fertilité, vitalité et éternité. Set est surtout connu comme le premier meurtrier du monde dans le mythe d'Osiris où il tue son frère pour usurper le trône. Isis rend Osiris à la vie mais, parce qu'il est incomplet, descend aux enfers comme Seigneur des Morts. Isis donne naissance au fils d'Osiris, Horus, qui grandit pour relever le défi du trône. Leurs batailles, qui durèrent quatre-vingts ans, sont décrites dans le texte The Contendings of Horus and Set et ont été résolues dans une version par Isis tandis que, dans une autre, par Neith avec Horus déclaré roi légitime et Set banni dans le désert.

Shay (Shai) - La personnification du destin. Shay a présidé sur le destin personnel d'une personne et a ainsi été associée à des déesses comme Meskhenet et Renenutet. Tout comme le sort des anciens Grecs, personne ne pouvait résister aux décisions de Shay ni les modifier. Le savant Wilkinson cite un texte connu sous le nom d'Instructions d'Amenemopet qui dit : "Nul ne peut ignorer Shay" (128). Cette déclaration incarne la principale caractéristique de Shay : l'inévitabilité. Il est dépeint comme étant présent à la pesée du cœur de l'âme dans l'au-delà ou comme un homme debout dans une posture de patience. Pendant la dynastie ptolémaïque (323-30 av. J.-C.), lorsque les dieux égyptiens furent hellénisés, il était connu sous le nom d'Agathadaimon, la divinité serpent qui pouvait dire son avenir.

Remise - Un dieu protecteur qui se protégeait contre les dommages personnels causés par des animaux sauvages ou des ennemis mortels. Il fut invoqué par les chasseurs et les soldats et connu sous les noms de "Celui qui sauve" et "L'enchanteur". Il était le seigneur des animaux sauvages et des armes et pouvait donc contrôler les deux pour protéger une personne qui invoquait son nom. Il était également recherché pour se protéger contre les sorts magiques lancés par ses ennemis et peut-être même contre les démons ou les fantômes. Il est représenté comme un jeune homme à la tête rasée, à l'exception du sidelock dénotant la jeunesse et portant un carquois de flèches. Il saisit souvent les serpents dans ses mains comme s'il les écrasait. Finalement, ses attributs furent absorbés par Horus, bien qu'il fût encore vénéré par les gens dans leurs maisons et par des amulettes.

Shentayet - Une obscure déesse protectrice dont le nom signifie "Veuve" et qui était associée à cet aspect d'Isis qui a perdu son mari et l'a ramené à la vie. Cet aspect a été appelé Isis-Shentayet. Très probablement invoquée comme protectrice des veuves, mais les références à elle sont rares et Isis a rempli ce rôle comme elle l'a fait pour tant d'autres.

Shepet - Une déesse protectrice qui était un aspect des divinités hippopotamines Reret ou Taweret adorées à Dendera. Dans l'iconographie, elle apparaît comme l'un ou l'autre, mais avec une tête de crocodile.

Shesmetet - Une déesse léonine protectrice connue sous le nom de "Lady of Punt" et très probablement une déesse importante apportée en Egypte par le commerce avec Punt. Elle est généralement considérée comme un aspect de Bastet ou Sekhmet, mais il est fort possible qu'elle était une divinité beaucoup plus ancienne dont les attributs ont été absorbés par les déesses léonines ultérieures. Son nom est mentionné dès la Première Dynastie (vers 3150-2890 av. J.-C.) et s'appuie sur la ceinture de Shesmetet, une ceinture de perles, portée par les rois de l'époque. Elle est représentée comme une femme à tête de lion.

Shezmu - Dieu du vin et, plus tard, du parfum et de l'abondance qui personnifiait les aspects positifs et négatifs de l'ivresse. Shezmu est représenté dans la Pyramide Texte 403 tuant et cuisinant les dieux pour le plaisir du roi et, par l'Empire du Milieu (2040-1782 avant notre ère) a été vu tourmenter les âmes des morts comme il "lassoes les damnés et les corrals pour le massacre, serrant leurs têtes comme des raisins dans une image sanguinaire de la destruction" (Wilkinson, 129). Son image a été adoucie par d'autres montrant son côté bénin et paisible en tant que seigneur du pressoir à vin et cela a été adouci encore plus quand il est devenu associé aux huiles et aux parfums.

Shu - Le dieu primordial de l'air dont le nom signifie "Vide". Il est né au début de la création d'Atum (Râ) et envoyé pour créer le monde avec sa sœur Tefnut (déesse de l'humidité). Les deux étaient partis si longtemps que Atum vint à les manquer et envoya son oeil (l'Oeil de Râ) à leur recherche. Quand le regard est revenu avec eux, Atum était si heureux qu'il a pleuré et ses larmes ont créé des êtres humains. Elle et Tefnut se sont ensuite accouplés et ont donné naissance à Geb (terre) et Nut (ciel) qui ont poussé Atum très haut l'un contre l'autre, fournissant un endroit pour les humains pour vivre. La brume lui a été attribuée comme "lacs de Shu" et les nuages comme "Os de Shu" et il a été également associé à la lumière et l'éclat. À cet égard, il en est venu à être lié à Thot et Khonsu, tous deux associés à la lune, en raison de la lumière de la lune.

Sia - La personnification de la perception et de la prévenance qui représentaient le cœur (siège de l'émotion, de la pensée et du caractère). Sia a formé une dyade avec Hu (représentant la langue), personnification de l'autorité de la parole, et une triade avec Hu et Heka, dieu de la magie et de la médecine mais aussi la force primordiale dans l'univers qui a donné à la vie et soutenu ma'at. Sia représentait l'intellect tandis que Hu symbolisait la parole de Ptah (ou Atum) qui a apporté la pensée dans la réalité et Heka était la force sous-jacente qui leur a donné le pouvoir. Sia est représenté comme un homme debout à droite de Ptah (plus tard, Atum/Ra) et tenant son rouleau de papyrus. Dans la Vallée des Rois, il est considéré dans la peinture comme un membre de l'équipage à bord de la péniche solaire de Râ.

Taureau du ciel - La divinité qui a présidé aux cieux et à l'au-delà en tant que protecteur, également connu sous le nom de "Taureau de l'Ouest" pour son association avec l'au-delà. Communément compris comme étant le mari des sept vaches qu'on voit avec lui.

Sobek - Déité protectrice importante sous la forme d'un crocodile ou d'un homme à tête de crocodile, Sobek était un dieu de l'eau mais aussi associé à la médecine et particulièrement à la chirurgie. Son nom signifie "Crocodile" et il était seigneur des marais et des zones humides et de toute autre zone humide d'Egypte. Dans les Textes des Pyramides, on dit qu'il est le fils de Neith et qu'il fut adoré à partir de l'Ancien Empire (vers 2613-2181 avant notre ère). En tant que dieu des zones humides, il était associé à la fertilité et à la procréation, mais aussi, en tant que dieu crocodile, à une mort inattendue. On disait qu'il séparait les femmes de leurs maris par caprice. Sobek vivait sur une montagne mythique à l'horizon d'où il régnait et était donc lié à l'autorité du roi car il était lui-même seigneur d'un domaine. Ce lien avec l'horizon l'associe à Râ et conduit à la forme de Râ connue sous le nom de Sobek-Ra. Sobek est l'un des dieux les plus connus de l'Egypte ancienne et était extrêmement populaire en son temps. Ses prêtres gardaient des crocodiles vivants dans les temples qui étaient nourris abondamment avec les meilleurs morceaux de viande et mieux traités que beaucoup d'êtres humains de l'époque. Quand ces crocodiles sont morts, ils ont été momifiés et enterrés avec tous les soins donnés à une personne. Il était aussi associé au Nil qui, disait-on, était la sueur de Sobek.

Sokar (Seker) - Un dieu faucon protecteur de Memphis qui était à l'origine une divinité agricole et l'une des plus anciennes en Egypte. Sa fête a été l'une des plus anciennes observées et, fusionnée avec la fête Khoiak d'Osiris, elle a continué à être célébrée tout au long de l'histoire de l'Egypte. De dieu de l'agriculture et de la croissance, il est devenu le dieu des artisans et le gardien de la nécropole de Memphis après qu'Osiris soit devenu plus populaire. Sokar est souvent représenté comme un monticule funéraire entouré de têtes de faucon, comme un faucon ou comme un homme à tête de faucon. Il est associé à l'au-delà en tant que gardien de l'entrée du monde souterrain et le dieu qui porte l'âme du roi défunt dans sa péniche pour le paradis. Avec le temps, il s'associa à Ptah puis à Osiris pour finalement se combiner avec l'Empire du Milieu (2040-1782 avant notre ère) en Ptah-Sokar-Osiris qui était une divinité funéraire hybride présidant à l'au-delà.

Fils d'Horus - Voir Quatre Fils d'Horus.

Sopdu (Soped ou Sopedu) - Un dieu protecteur de la frontière orientale de l'Egypte qui gardait les avant-postes et les soldats sur la frontière. Il est représenté comme un faucon avec un fléau sur l'aile droite ou comme un homme barbu avec une couronne à deux plumes. Sopdu était associé à Horus et au roi déifié dans sa forme astrale. Wilkinson écrit : "Le roi défunt, dans son rôle d'Osiris-Orion, aurait imprégné Isis de l'étoile Sothis et produit Horus-Sopdu" (211). Dans le royaume terrestre, il veillait à ce que les ressources nécessaires atteignent les garnisons de la frontière orientale et aidait le roi à contrôler les populations indigènes dans ces régions.

Sothis - La personnification de l'étoile Sirius (l'"étoile du chien") dont l'apparition annonçait l'inondation annuelle du Nil. Elle était vénérée comme une vache-dieu dans la période prédynastique (vers 6000-3150 avant JC) associée à Sirius. Elle était la consort de Sah, qui personnifiait la constellation Orion, et les deux étaient associés à Osiris et Isis. Dans ce rôle, elle était la mère de Sopdu et a donc fait appel à elle comme une influence protectrice. Elle a également été associée à Satis qui a été lié à l'inondation du Nil en tant que consort de Khnum. Les premières représentations de Sothis la représentent comme une vache avec une plante entre ses cornes tandis que les images plus récentes la montrent comme une femme portant la couronne blanche de Haute-Égypte avec des cornes sur la tête ou des plumes avec une étoile à cinq branches au-dessus. Elle s'identifia de plus en plus à Isis et finit par être complètement absorbée par cette déesse. Isis se réfère à elle-même comme Sothis dans une copie du texte des Lamentations d'Isis et de Nephtys de la dynastie ptolémaïque (323-30 avant notre ère) montrant comment l'assimilation était presque complète à cette époque.

Ames de Nekhen et de Pe - Esprits protecteurs qui étaient considérés comme les âmes ancestrales de la ville de Nekhen en Haute-Égypte (aussi appelée Hiérakonopolis) et de la ville de Pe en Basse-Égypte (aussi appelée Buto). Ces esprits ont symboliquement uni la Haute et la Basse Egypte et ont servi le roi dans la vie et par la mort. Pendant que le roi vivait, on l'identifiait à Horus, que les âmes encourageaient, et quand le roi mourut, il devint associé à Osiris, que les âmes pleuraient et honoraient. Les âmes de Pe sont représentées comme des hommes à tête de faucon et celles de Nekhen comme des chacals. Les deux sont visibles dans les inscriptions des tombes des rois agenouillés en l'honneur de l'arrivée du roi décédé dans l'au-delà.

Dieux et déesses des étoiles - Dieux et déesses identifiés avec le ciel nocturne. Au temps de l'Empire du Milieu (2040-1782 av. J.-C.), les Égyptiens avaient identifié cinq des planètes qu'ils appelaient " Étoiles qui ne connaissent pas de repos " et associées aux dieux : le Mercure appelé'Sebegu' (une forme du dieu Set) ; Vénus ('Celui qui traverse' et'Dieu du matin') ; Mars ('Horus de l'horizon' et'Horus le Rouge') ; Jupiter ('Horus qui limite les deux terres') ; Saturne ('Horus Taureau des cieux'). De plus, l'étoile Sirius était associée à Sothis puis à Isis tandis qu'Orion représentait le dieu Sah, "Père des Dieux". L'apparition de Sirius annonçait l'inondation du Nil, la promesse de la fertilité, et représentait la nature cyclique de l'existence et ainsi en vint à être lié à Osiris, le dieu mourant et revivifiant, et Isis, celui qui l'a ranimé. Les étoiles s'appelaient alors les "Suiveurs d'Osiris" qui naviguaient dans le ciel nocturne selon le modèle divin. Sah et Sothis dans les cieux reflétaient le couple divin Osiris et Isis et le dieu Sopdu, (fils de Sothis), la forme astrale de Horus. Ainsi, le ciel nocturne racontait les histoires les plus significatives de la culture égyptienne et assurait au peuple d'une éternité en présence des dieux quand ils levaient les yeux vers les étoiles.

Sutekh - Le nom sémitique pour le dieu Set (Seth) que le peuple connu sous le nom de Hyksos a introduit au cours de la deuxième période intermédiaire (vers 1782-1570 avant notre ère). Les Hyksos identifiaient Set à l'aspect guerrier de leur dieu Baal. Seth fut appelé Sutekh sous le règne de Ramsès II (1279-1213 av. J.-C.) et invoqué comme une avant-garde dans la guerre.


T
Ta-Bitjet - Une déesse protectrice spécifiquement contre les piqûres et les morsures empoisonnées. Elle est fréquemment invoquée dans les sorts de guérison et associée à la déesse Serket. Finalement, elle a été absorbée par Isis.

Tasenetnofret - Une déesse protectrice de Kom Ombo dont le nom signifie "La Bonne Sœur" ou "La Belle Sœur". Elle était une manifestation locale de la déesse Hathor, épouse d'Horus et mère de Panebtawy.

Tatenen - Un dieu de la terre qui personnifia le monticule primordial à la création et symbolisa la terre d'Egypte. Il est très probablement le même dieu appelé Khenty-Tjenenenet à l'époque de l'Ancien Empire (c. 2613-2181 avant notre ère). Il fut vénéré à Memphis pendant l'Empire du Milieu (2040-1782 av. J.-C.) et continua à être vénéré principalement dans cette région pendant le reste de l'histoire de l'Égypte. Son association avec le monticule primordial le reliait à Ptah et, à travers Ptah, à Atum et Râ, les autres noms pour le dieu créateur / dieu soleil. Tatenen était un dieu bisexuel, appelé "Mère de tous les dieux" dans un seul texte.

Taweret (Tauret) - Une déesse protectrice sous la forme d'un hippopotame, la divinité hippopotame la plus célèbre de l'Egypte ancienne, associée à Isis et Hathor. Taweret est une déesse de l'accouchement et de la fertilité qui a été très populaire dans toute l'histoire de l'Egypte. Elle était régulièrement invoquée pour la protection des enfants et l'aide pendant la grossesse et l'accouchement. Les anciens Egyptiens observaient l'hippopotame femelle comme étant extrêmement protectrice de ses enfants, ce qui a conduit à la forme de cette déesse. L'hippopotame mâle était très agressif et considéré comme l'un des animaux les plus dangereux d'Égypte. Il était donc associé au dieu Seth, ce qui a donné lieu à des images de Taweret comme consort de Seth, même si les deux divinités n'avaient rien en commun. Taweret est étroitement associée à Hathor et est appelée "Suiveur d'Horus", les deux l'éloignant de Seth. Elle est également identifiée comme l'épouse de Bes, le dieu nain de l'accouchement, de la sexualité, de l'humour et de la guerre. Comme Bes, Taweret figurait sur des articles ménagers tels que des meubles, des étuis à cosmétiques, des pots, des cuillères et dans des images de fertilité à la maison.

Tayet (Tait) - Déesse du tissage qui fournissait les vêtements du roi. Elle était vénérée depuis l'Ancien Empire (vers 2613-2181 av. J.-C.) où elle était représentée comme gardienne de la tête du roi, le protégeant après la mort, recueillant ses os et lui assurant un accueil par les autres dieux de l'au-delà. Elle s'associa plus tard à l'embaumement et on dit qu'elle tisse le tissu pour les tentes d'embaumement et, plus tard, les bandages utilisés pour envelopper la momie qui étaient connus sous le nom de "enveloppes des mains de Tayet" qui l'associait à Nephthys.

Tefnut - Déesse de l'humidité, sœur de Shou, fille d'Atoum (Râ) à la création du monde. Shu et Tefnut furent les deux premiers dieux Atum créés soit en s'accouplant avec son ombre, soit en crachant. R. H. Wilkinson note que son nom représente le son du crachat et qu'elle était souvent représentée "par une paire de lèvres, crachant, dans des textes tardifs" (183). Elle est déesse de l'atmosphère du monde inférieur, la terre, tout comme Shou est dieu de la haute atmosphère au-dessus de la terre. Tefnut est la mère de Geb (terre) et de Nut (ciel) qui sont nés pour que les êtres humains puissent avoir un endroit où vivre. Elle est le plus souvent représentée comme une femme assise avec une tête de lion ou un serpent avec une tête de lion.

Tenenit (Tenenet ou Tjenenet) - Déesse de la bière, du brassage et de l'accouchement. Son nom vient de "tenemu" qui signifie "bière". Elle était l'épouse du dieu Montu et associée à Meskhenet en tant que déesse des naissances royales. Elle est la déesse patronne des brasseurs.

Tétrades - Représentations de la plénitude correspondant parfois aux quatre points cardinaux de la boussole et mieux représentées par les Quatre Fils d'Horus. L'équilibre était un concept important pour les anciens Egyptiens et les nombres deux, quatre et huit figurent de façon significative dans les représentations des divinités (tout comme les nombres trois, six et neuf). Chaque dieu masculin a une contrepartie féminine ou un aspect féminin, les quatre déesses Isis, Neith, Nephtys et Serket veillent sur les quatre fils d'Horus, et l'Ogdoad était le regroupement des huit dieux des substances créatives.

Thot - Dieu de l'écriture et de la sagesse, de la vérité et de l'intégrité, l'une des divinités les plus importantes du panthéon égyptien vénéré de la période prédynastique (vers 6000-3150 avant J.-C.) à la dynastie ptolémaïque (323-30 avant notre ère), la dernière à gouverner l'Égypte. Il était probablement à l'origine un dieu lunaire, fils d'Atoum (Râ) mais des textes ultérieurs le représentent comme le fils d'Horus. Thot est représenté dans certains textes comme un babouin mais surtout comme un homme avec la tête d'un ibis tenant un instrument d'écriture. On lui attribue l'invention de l'écriture et il était le gardien des registres des dieux. Il était connu comme "Seigneur du Temps" et "Reckoner des Années" parce qu'il marquait le passage du temps et, par la puissante magie de sa divine connaissance des mots, donnait au roi un long règne afin qu'il puisse maintenir l'ordre sur terre. Il était le dieu patron des bibliothèques et des scribes. Dans toutes les histoires qu'on raconte de lui, Thot est le divin ami et bienfaiteur de l'humanité qui a donné aux gens la compréhension par le don de la parole écrite. Il apparaît dans une histoire comme un joueur pendant les cinq jours nécessaires pour que Nout donne naissance aux cinq premiers dieux et dans d'autres comme médiateur entre les dieux et la transmission de messages. Dans l'au-delà, il se tient aux côtés d'Osiris et tient des archives dans le Hall de la Vérité lors du rituel de la Pesée du Cœur. Sa compagne était Seshat, sa fille ou sa femme, qui était son homologue féminine et aussi la divinité patronne des bibliothèques et des livres.

Tjenenenyet - Une déesse protectrice de la 12e dynastie (1991-1802 av. J.-C.) qui était très probablement vénérée plus tôt. Elle était l'épouse du dieu Montu et était principalement vénérée à Hermonthis (Armant) près de Thèbes.

Déesse des arbres - Un certain nombre de déesses égyptiennes bien connues étaient associées aux arbres, notamment Isis, Hathor et Nut. Les dieux mâles étaient parfois liés à un certain arbre, mais il semble que ce ne soit que dans des mythes ou des images spécifiques. Hathor était célèbre pour son association avec le sycomore, connu sous le nom de "Dame du Sycomore", mais Isis était aussi liée à cet arbre. La pratique d'enterrer un corps dans un cercueil en bois était considérée comme un retour du défunt dans le ventre de la Déesse Mère.

Triades - Groupements importants de trois divinités, généralement un dieu-père, un dieu-mère et un dieu-enfant, les deux plus connus étant la triade thébaine d'Amon, Mout et Khons et la triade Abydos d'Osiris, Isis, et Horus. Il y a des exemples d'autres triades, cependant, qui n'ont pas suivi ce modèle, comme la triade Amon-Ra-Ptah où les trois dieux représentaient la même puissance céleste (le soleil). On voit aussi des triades dans les représentations de la vie après la mort où les dieux à tête de bélier, de lion et de chacal sont regroupés.

Tutu - Un dieu protecteur connu sous le nom de "Celui qui garde ses ennemis à distance", adoré pendant la dernière partie de l'histoire de l'Egypte. Il a repoussé les démons et la magie noire et a été dépeint comme un lion foudroyant avec la tête d'un homme, de grandes ailes, et un serpent pour une queue.

U
Uat-Ur - La personnification de la mer Méditerranée. Voir Wadj-Wer.

Uajyt (Wadjet ou Uto) - Associé à Nekhbet, une déesse protectrice de la Basse Egypte. Elle est représentée comme un serpent à tête de femme. Elle est un aspect de Wadjet, sœur de Nekhbet, dans des images ultérieures de Basse Egypte.

Unut (Wenet ou Wenut) - Une déesse protectrice vénérée à Hermopolis et connue sous le nom de "The Swift One". Elle était représentée comme une femme avec une tête de lapin ou un serpent avec une tête de lapin et on l'appelle souvent "la déesse lapine". Elle était associée au dieu Wenenu, représenté comme un homme à tête de lapin, qui était un aspect d'Osiris ou parfois de Râ. Elle est surtout connue pour ses amulettes qui montrent son image.

W
Wadjet - Grande déesse protectrice et patronne de la Basse-Égypte, l'une des plus anciennes divinités du panthéon égyptien, représentée comme le cobra d'élevage qui est devenu l'insigne du roi (l'uraeus). On l'appelait aussi Uajyt dans sa forme agressive et elle était le contrepoids de la plus maternelle Nekhbet, sa sœur. Wadjet a été vénérée comme une déesse importante dans la période prédynastique (c. 6000-3150 BCE) et par la période dynastique précoce (c. 3150-2613 BCE) était la divinité suprême de la Basse Egypte représentée fréquemment avec Nekhbet qui symbolisait la Haute Egypte. Elle était la fille de Râ et l'une des déesses figurant dans les histoires sur l'Oeil de Râ. A l'aube de la création, elle fut envoyée par Râ comme son oeil pour trouver Shou et Tefnout quand ils étaient partis créer le monde. Elle a planté les premiers papyrus, étendu les champs de papyrus dans les marécages du delta du Nil et aidé Isis à y élever Horus quand ils se cachaient de Seth. Parmi ses titres, Weret-Hekau, qui signifie "Grand de la magie", était régulièrement invoquée pour se protéger contre les démons, la malchance ou les fantômes.

Wadj-Wer (Uat-Ur) - La personnification de la mer Méditerranée dont le nom signifie "Le grand vert". Des études récentes ont changé la vision traditionnelle de ce dieu et on pense maintenant qu'il a personnifié les lacs, les marécages et les lagunes de la région du Delta près de la Méditerranée. Wilkinson note des inscriptions qui font référence à "la traversée du grand vert" à pied, ce qui indiquerait une traversée terrestre du Delta au lieu de la mer. Il fut adoré dès l'Ancien Empire (vers 2613-2181 av. J.-C.) et continue d'être mentionné dans le reste de l'histoire de l'Égypte, en particulier par des amulettes protectrices et des inscriptions funéraires.

Waset (Wosret) - Une déesse protectrice de la ville de Thèbes dont le nom signifie "La puissante femme". Elle était la personnification de la ville qui était aussi connue sous le nom de'Waset'. Elle était à l'origine un aspect d'Hathor, mais elle a émergé avec son propre caractère distinct et son iconographie à l'époque de l'Empire du Milieu (vers 2040-1782 avant notre ère). Elle est dépeinte comme une femme tenant le sceptre et l'ankh Was et un bâton orné de rubans mais aussi d'un arc et de flèches et d'une hache représentant la puissance militaire de Thèbes.

Weneg - Un dieu protecteur mentionné pour la première fois dans l'Ancien Empire (c. 2613-2181 avant notre ère) qui maintenait le ciel et l'ordre entre le ciel et la terre. Il est étroitement associé au concept ma'at et à la déesse Ma'at qui personnifiait l'harmonie en servant de juste médiateur entre les dieux dans leurs disputes.

Wenenu - Un dieu protecteur, aspect d'Osiris ou parfois Râ, consort d'Unut. Il est représenté comme un homme à tête de lapin.

Wepset - Une déesse protectrice dont le nom signifie "Celle qui brûle" qui détruit les ennemis d'Osiris. Elle est habituellement représentée comme un serpent mais plus tard comme une femme portant l'uraeus avec des cornes et le disque solaire au-dessus. Elle figure dans des histoires concernant l'Oeil de Rê et est l'une des personnifications du motif de la Déesse lointaine où l'Oeil de Rê s'éloigne du dieu et revient, ou revient lui-même, apportant la transformation.

Wepwawet (Wepiu ou Wepuaut) - L'un des dieux les plus anciens d'Egypte et la plus ancienne représentation d'un dieu chacal, datant d'avant Anubis, avec qui il est souvent confondu. Son nom signifie "Ouvreur des voies" et ceci a été interprété comme ouvrant la voie au roi dans la bataille, ouvrant la voie à l'au-delà et ouvrant la voie à la naissance. Il est représenté sur la Palette de Narmer (vers 3150 avant notre ère) et associé à Wadjet. Il finit par s'associer étroitement avec Horus et, en tant que Wepwawet-Ra, avec le dieu du soleil Râ. Il est représenté comme un chacal, portant parfois un foulard avec un faucon devant lui.

Werethekau (Weret-Hekau) - Une déesse protectrice importante ou, plus souvent, une épithète appliquée à d'autres divinités féminines comme Isis. Le nom signifie "Grand de Magie" et est associé à l'uraeus et à la couronne de Basse Egypte. Wadjet est connu sous le nom de Weret-Hekau, tout comme Isis, mais le nom semble également avoir désigné une déesse spécifique de protection représentée comme un serpent d'élevage bien que cela pourrait simplement être Wadjet dans sa forme agressive.

Y
Yah - Voir Iah.

Yam - Le dieu phénicien de la mer qui a combattu le Seigneur Baal pour le contrôle du monde. Il est entré dans le panthéon égyptien par le commerce et est entré dans la mythologie égyptienne par les récits de ses batailles avec Seth. Il était la personnification de la mer déchaînée et il était très craint. Aucun temple n'a jamais été élevé à lui, mais il est mentionné dans certains manuscrits qui indiquent qu'il était un souci pour les marins qui ont pu porter des amulettes avec son image pour se protéger.

Z
Zenenenet - Un autre nom pour Isis dans la ville d'Hermonthis (aujourd'hui Armant) près de Thèbes.

Les 15 Dieux et déesses égyptiennes les plus importantes de la mythologie égyptienne que vous devriez connaître

Sommaire des Dieux egyptiens les plus importants-

  1. Nun  - Le dieu égyptien primordial associé à la masse qui est la source de tous les aspects de l'existence divine et terrestre.
  2. Amon-Rê  - La combinaison de deux divinités égyptiennes Amon et Rê, symbolisant ainsi la force invisible du vent et la majesté visible du soleil.
  3. Hathor  - La bienveillante déesse égyptienne "vache" associée aux questions d'amour et de santé féminine.
  4. Bastet/Sekhmet  - Bastet était vénéré comme la déesse bienveillante du chat égyptien d'amour, de fertilité, de joie, de danse, de femmes et de secrets. Sekhmet, son alter ego, a été invoqué comme la divinité lionne guerrière qui protégeait les pharaons.
  5. Maât  - La déesse égyptienne de la vérité, de la justice et de l'ordre cosmique.
  6. Ptah  - Le dieu créateur égyptien avec sa capacité de donner la vie - considéré comme le dieu protecteur des sculpteurs, peintres, constructeurs et autres artisans.
  7. Isis  - La déesse égyptienne vénérait comme la divine mère des rois et souvent associée à la magie.
  8. Osiris  - Le dieu mort égyptien considéré comme le seigneur et le juge du monde souterrain.
  9. Horus  - Le dieu faucon égyptien associé au ciel et à la guerre.
  10. Set - La divinité égyptienne représentant l'obscurité, souvent associée aux éclipses, aux tempêtes et aux tonnerres.
  11. Anubis  - Le dieu Chacal égyptien, considéré comme le protecteur des tombes, le guide des âmes dans l'au-delà et le dieu patron des embaumeurs.
  12. Thot  - Le dieu égyptien Ibis associé à l'écriture, la magie, la sagesse et la lune.
  13. Taweret  - La déesse égyptienne Hippo considérée comme la protectrice divine des femmes et des enfants et associée à l'accouchement.
  14. Aton  - Un dieu monothéiste égyptien personnifiant le disque du soleil.
  15. Khepri  - Le dieu " scarabée " égyptien souvent perçu comme la personnification du soleil du matin.

Les étapes naissantes de la   mythologie égyptienne ont sans doute été influencées par l'environnement naturel et les événements qui ont affecté l'Égypte elle-même. Par exemple, le cycle cyclique du soleil et le cycle saisonnier des inondations du Nil (qui ont enrichi le sol) ont joué un rôle crucial en faisant de l'eau et du soleil les symboles de la vie. Le noyau géographique même de la civilisation égyptienne antique - le delta fertile du Nil - était entouré de terres arides et de déserts (peuplés par des groupes marginaux de raiders et de nomades). Inspirés par ces scénarios en temps réel, les Égyptiens considéraient leur terre comme un havre de tranquillité et de stabilité, qui à son tour était entourée d'étendues de royaumes sans loi - créant ainsi essentiellement la trichotomie de l'ordre, du chaos et du renouveau, thèmes qui font partie intégrante des   dieux et déesses égyptiennes de l'Égypte ancienne.

les-dieux-egyptiens

D'autre part, les événements historiques ont également joué leur rôle dans la " formation " des   dieux et déesses égyptiens  à la fin de la période prédynastique, vers 3100 av. C'était l'époque où les pharaons égyptiens unissaient les royaumes supérieur et inférieur, ce qui faisait de ces rois le centre de l'adulation dans le contexte religieux. En outre, la progression de l'histoire n'est pas linéaire, et en tant que telle, de nombreuses   divinités égyptiennes  ont évolué (et fusionné) en entités et aspects différents, reflétant la préférence des classes dominantes de ladite période. En tenant compte de ces facteurs multiples, jetons un coup d'œil aux quinze   anciens dieux et déesses égyptiens  que vous devriez connaître.

  • 1) Nun - Le Dieu primordial

dieu-egyptien-nun

Toute mythologie a tendance à commencer par les origines primordiales, et dans la  mythologie égyptienne, cette portée est couverte par les  anciens dieux égyptiens Nun et Naunet (la forme féminine). Essentiellement, les anciens Egyptiens percevaient Nun comme l'abîme aqueux qui tenait fondamentalement l'univers par lequel la sphère de la vie a été portée. Cette masse d'eau a été dotée de caractéristiques énigmatiques par les Égyptiens - avec sa profondeur qui incarne à la fois le néant et l'infini, tout en servant aussi de source de tous les aspects de l'existence divine et terrestre.

Ainsi, à bien des égards, Nun, comme Tiamat - la déesse mésopotamienne primordiale des océans, était associée, quoique de manière neutre, aux forces du chaos. Et en termes de son attribut physique, Nun était souvent représenté comme un homme barbu avec la peau bleue ou verte (suggérant ainsi sa connexion avec la masse aqueuse du Nil et la fertilité). Parfois, il était aussi représenté comme une grenouille ou un homme à tête de grenouille (dans le cadre du système Ogdoad pratiqué au Khmunu ou à Hermopolis) ou même comme un hermaphrodite aux seins visibles.

Pour en savoir plus sur Noun, consulter l'article en cliquant ici

  • 2) Amon, Rê et Amon-Rê - Les anciens dieux égyptiens du soleil et du vent

dieu-amon-ra

Souvent considéré comme l'un des dieux égyptiens les plus importants, Amon était l'entité divine qui représentait l'air et le soleil. Parfois dépeint comme le roi des dieux, Amon était aussi la divinité patronne de Thèbes, la capitale royale pendant l'impressionnante ère du Nouvel Empire en Égypte, vers le XVIe siècle av. En fait, dans les premiers siècles, Amon était un dieu mineur, et en tant que tel, il jouait le second violon après les " dieux de guerre " comme Montu. Cependant, la période du Nouvel Empire entraîna l'ascendant de la diété, qui était vénérée en tant que " Celui qui s'est créé lui-même ".

Râ, d'autre part, était considéré comme l'un des puissants dieux égyptiens anciens qui était associé au Pharaon - à tel point qu'à la cinquième dynastie, presque tous les souverains étaient symboliquement salués comme le fils de Râ. Il a également été associé au dieu Soleil Atoum d'Héliopolis. Et avec le temps, surtout pendant le Nouvel Empire, le culte florissant d'Amon a fusionné les deux entités Amon et Rê en un dieu composite connu sous le nom d'Amon-Rê, qui a été salué comme le "Seigneur de la vérité, père des dieux, créateur des hommes, créateur de tous les animaux, Seigneur des choses qui sont, créateur de la canne de la vie". Selon beaucoup d'érudits, Amon-Rê symbolisait en quelque sorte la combinaison de la force invisible (du vent) et de la majesté visible (du soleil qui donne la vie), établissant ainsi une divinité universelle qui couvre la plupart des aspects de la création.

Pour en savoir plus sur Amon-Re, consulter l'article en cliquant ici

  • 3) Hathor - Déesse de la vache

deesse-egyptienne-Hathor

L'ancienne déesse égyptienne de la joie, de l'amour féminin et de la maternité ; Hathor (signifiant -'Domaine d'Horus') était étroitement associée (ou était le successeur) à Mehet-Weret, l'entité divine primitive de vache/dieu qui était perçue comme étant responsable d'apporter les inondations au Nil, ce qui fertilisa la terre. Poursuivant ce concept peut-être pré-dynastique, Hathor était également considérée comme la mère du dieu du soleil Râ.

Quant à son nom faisant référence au'Domaine d'Horus', Hathor vient probablement du mythe égyptien d'Horus - l'un des dieux égyptiens les plus importants (discuté plus loin dans l'article), et comment il entra dans sa bouche pour se reposer et revenir à l'aube. Considérant ces aspects, il suffit de dire qu'Hathor était considéré comme une divinité protectrice et bienveillante qui personnifiait souvent la bonté. Elle était aussi étroitement associée aux questions d'amour et de santé féminine, à tel point que beaucoup de femmes la considéraient comme l'homologue d'Osiris dans l'au-delà.

Quant à ses attributs physiques, Hathor était souvent représentée comme une femme avec la tête d'une vache ou ayant une forme de vache entière. Plus tard, les traits bovins ont été relégués au profit du visage d'une femme (mais toujours avec des oreilles ou des cornes de vache). Elle a également été représentée avec l'instrument de musique en forme de hochet de sistre qui a été utilisé pour chasser le mal de la terre - une facette qui a ensuite été appliquée à la déesse Isis.
  • 4) Bastet/Sekhmet - La Déesse Féline

deesse-egyptienne-bastet-sekhmet

Les anciens Égyptiens avaient certainement une propension commune à domestiquer les chats, et cette affinité culturelle se reflétait dans la mythologie et la religion égyptiennes indigènes qui popularisaient le culte de Bastet (ou Bast), au moins depuis la deuxième dynastie (après le 29e siècle av. JC). Déesse de la maison, de l'amour, de la fertilité, de la joie, de la danse, des femmes et des secrets, Bastet avec sa tête de chat et son corps de femme était considérée comme un dieu bienveillant.

Compte tenu de cette propension à la symbolisation féline, les chats étaient sacrés en Égypte - à tel point que la punition pour avoir tué un chat était la mort par poignard. Selon Hérodote, les Égyptiens aimaient tellement leurs chats qu'ils préféraient les sauver plutôt qu'eux-mêmes lorsqu'ils étaient piégés dans un bâtiment en feu. Certains chats étaient aussi connus pour être momifiés de manière cérémonieuse avec des bijoux - comme c'était le cas pour beaucoup de nobles gens.

Il est intéressant de noter que, selon une légende, les Perses ont profité de cette fascination féline apparemment malsaine pour les Égyptiens en plaçant beaucoup de ces animaux et des images de Bastet (peintes sur leurs boucliers) en première ligne à la bataille de Pelusium, vers 525 av. Les adorables créatures, des chats aux chiens en passant par les moutons, ont dissuadé les Égyptiens aimant les animaux de tirer avec leurs flèches - permettant ainsi aux Perses de prendre l'initiative et de gagner la bataille.

Et avec tous les discours sur les batailles, il faut noter que les Egyptiens vénéraient aussi Bastet sous la forme de son alter-ego Sekhmet - la lionne guerrière. On lui a souvent donné l'épithète de " Sekhmet le Puissant " et on l'a présentée comme la chasseuse la plus féroce de toute l'Égypte dont le souffle même a formé le désert (alors que son pedigree était aussi associé à la divinité solaire). Compte tenu de ces caractéristiques royales, il n'est pas vraiment surprenant que de nombreux pharaons la considèrent comme leur protectrice dans les batailles.

Pour en savoir plus sur Bastet, consulter l'article en cliquant ici

  • 5) Maât - La Déesse de l'Ordre

deese-egyptienne-maat

La déesse égyptienne ancienne de la vérité, de la justice et de l'ordre cosmique (faisant allusion au concept égyptien de maât), Maât (ou ma-yet) était responsable de la régulation des étoiles et des saisons. Vénérée comme une divinité importante pendant la période de l'Ancien Empire (vers le 27e siècle - 22e siècle av. J.-C.), elle était considérée comme la fille d'Atoum (ou Râ), et comme telle impliquait la supériorité de l'ordre, de la justice, et même de l'harmonie.

En ce qui concerne ces aspects, le maât a été envisagé comme une ligne directrice pour le comportement humain qui se conformerait à la volonté des dieux, donc dans le processus établissant un ordre universel. Cet équilibre cosmique se reflétait également dans les études des anciens astronomes égyptiens qui cartographiaient l'orbite de la Terre avec les trajectoires célestes des étoiles et des autres planètes. En termes simples, cette portée de l'équilibre était perçue comme un principe qui devait être adopté par les Égyptiens dans leur vie quotidienne, ce qui à son tour établissait les vertus de la vérité, de la vie familiale et du système de croyance centré sur les diverses divinités.

Et lorsqu'il s'agit de son apparence physique, Maât était souvent représentée comme une femme ailée avec une plume d'autruche sur la tête. Ce dernier vêtement avait une signification symbolique puisque la plume de Maât était l'objet instrumental de la cérémonie de la Pesée du cœur dans l'au-delà. Les Egyptiens croyaient qu'après leur mort, le cœur de leur âme devait être pesé contre la plume dans une " balance de justice ", ce qui permettrait aux sections de leur esprit (ou force vitale) d'être finalement libérées à Akh (l'âme composite).

Pour en savoir plus sur Maat, consulter l'article en cliquant ici

  • 6) Ptah - Le Dieu Créateur

dieu-egyptien-ptah

Un des dieux égyptiens qui formèrent la triade de Memphis (avec son épouse Sekhmet et sa fille Nefertum), Ptah était la personnification de la création. Essentiellement, Ptah était perçu comme le créateur ultime qui a non seulement façonné l'univers, mais aussi " insufflé de la vie " dans les entités qui peuplent le monde. Qu'il suffise de dire que Ptah était un dieu très populaire dans l'Egypte antique - à tel point que le nom même d'Egypte dérivé du grec Aigyptos, a été emprunté à l'origine à Amarna Hikuptah, correspondant au Ha(t)-ka-ptah ou "temple de l'âme du Ptah", le sanctuaire religieux du dieu à Memphis.  

Ptah a également été salué comme " celui qui s'est créé lui-même ", suggérant ainsi que son rôle dans la création spécifique par opposition à la nature globale de l'Amon-Rê mentionné précédemment. À cette fin, Ptah était considéré comme la divinité patronne des sculpteurs, des peintres, des constructeurs et d'autres artisans. Cette allusion à son statut de " maître architecte " a peut-être aussi contribué à inspirer quelques aspects de la théologie chrétienne et des éléments maçonniques.

Quant à sa nature physique, Ptah était souvent représenté comme un homme barbu momifié à la peau verte. Ses bras étaient libres de tenir un sceptre, et son profil général contenait les trois symboles puissants de la religion égyptienne antique : le sceptre Was, le signe de vie, Ankh, et le pilier Djed. Ces motifs suggèrent l'essence même de ses prouesses créatives - la puissance, la capacité de donner la vie et la stabilité.
  • 7) Isis - La Déesse Magique

deese-egyptienne-isis

Probablement la plus célèbre de toutes les déesses égyptiennes, Isis a d'abord été associée à Hathor, ce qui lui a valu d'être présentée comme la personnification d'un grand nombre des qualités " maternelles ". Cependant, elle prit encore plus d'importance au cours de la période de l'Ancien Empire, en tant qu'un des personnages importants du mythe d'Osiris, dans lequel non seulement elle ressuscite son mari assassiné, le divin roi Osiris, mais elle donne naissance et protège avec succès son héritier, Horus.

Ce récit se reflétait symboliquement dans les affaires de l'ancien État égyptien, le nom même d'Isis dérivant de l'égyptien Eset, (" le siège "), qui fait référence au trône. Essentiellement, la déesse égyptienne était perçue comme la mère divine des rois, tandis qu'Horus (discuté plus loin dans l'article) était associé aux pharaons eux-mêmes. Cette analogie avec le trône était également fréquente dans la représentation même d'Isis, avec sa coiffe originale portant un trône vide qui signifiait le siège de son mari assassiné.

Au fil du temps, Isis a reçu plusieurs épithètes comme Weret-Kekau (" la Grande Magie ") et même Mut-Netjer (" la Mère des Dieux "). À en juger par ces titres, il n'est pas surprenant qu'Isis ait dépassé toutes les déesses égyptiennes précédentes en popularité, à tel point que plus tard certaines d'entre elles ont été reléguées à de simples aspects d'Isis. De plus, l'adoration de la déesse s'étendait aussi au-delà des frontières traditionnelles de l'Égypte ancienne, pour rendre compte d'un culte persistant qui s'est répandu dans le monde gréco-romain ultérieur.

  • 8) Osiris - Le Dieu de la mort

dieu-egyptien-osiris

L'un des principaux dieux égyptiens anciens pendant et après l'Ancien Empire, Osiris - le mari d'Isis, le père d'Horus et le frère de Seth - était souvent perçu comme le roi du monde souterrain. Faisant partie de la triade d'Abydos formée plus tard (comprenant lui, sa femme et son fils), Osiris était peut-être la seule divinité égyptienne qui était directement appelée simplement un " dieu ", faisant ainsi allusion à son immense importance parmi les anciens adorateurs égyptiens (dont beaucoup considéraient Osiris comme le premier roi d'Égypte).

En plus de son rôle de seigneur du monde souterrain - un titre qui lui a été transmis après son assassinat par son frère Seth, Osiris était également considéré comme le dieu de la transition (puisqu'une mort en soi n'était pas considérée comme une condition absolue) et même de la régénération. De plus, Osiris a également rempli son devoir de juge des morts, puisqu'il était la figure centrale qui a décidé du sort du défunt après la cérémonie de la Pesée du Coeur mentionnée ci-dessus (voir l'entrée Maât). Il est intéressant de noter que dans de tels cas, nous pouvons comprendre la nature pragmatique des dieux et de la religion égyptiens anciens - puisque, contrairement à la morale puritaine, on ne s'attendait pas à ce que le défunt vive une vie antérieure " équilibrée ".

Enfin, pour en venir aux attributs physiques d'Osiris, le dieu était souvent représenté comme un roi barbu momifié avec une peau verte ou noire - pour représenter à la fois la mort et la résurrection. Et en tant que dieu vivant, Osiris était représenté assez ostensiblement comme un bel homme en tenue royale portant la couronne de Haute-Égypte (une coiffe connue sous le nom de atef), tout en portant l'escroc et le fléau, deux symboles de la royauté.

  • 9) Horus - Le Dieu Faucon

dieu-egyptien-horus

Le plus connu de tous les dieux égyptiens " aviens ", Horus était probablement aussi l'un des premiers dieux égyptiens nationaux connus, qui était vénéré sous diverses formes et aspects de la période prédynastique à l'époque de l'Égypte romaine. Cependant, il y a au moins six entités connues d'Horus qui sont mentionnées dans la mythologie égyptienne - et nous ne parlerons que de la divinité autrement saluée comme Horus le Jeune, le fils d'Osiris et Isis, et le rival de Seth, le meurtrier de son père.

Complétant la triade d'Abydos, Horus était considéré comme un dieu du ciel puissant qui a été désigné comme le protecteur divin des pharaons. Son héritage est également alimenté par son épique bataille mythique contre l'adversaire Set, dont Horus est sorti victorieux, unissant ainsi les deux terres d'Egypte, bien qu'après avoir perdu un de ses yeux. Essentiellement, la divinité égyptienne vengeuse était également perçue comme un dieu de la guerre dont le nom était fréquemment invoqué avant les batailles réelles par les dirigeants et les commandants.

Quant à ses attributs physiques, Horus, surtout lorsqu'il était combiné avec le dieu Soleil Râ pour former Râ-Harahkhte, était généralement représenté comme un homme à tête de faucon portant le pschent, le symbole de la royauté sur l'Egypte unifiée. D'autre part, son œil restauré, personnifié comme l'Œil d'Horus, était le symbole égyptien antique de la protection et du sacrifice. Curieusement, la dynastie ptolémaïque favorisait une autre forme d'Horus connue sous le nom d'Harpocrate (ou " Horus l'Enfant "), qui était représenté comme un enfant ailé avec un doigt sur les lèvres - suggérant la vertu du silence et du secret.

  • 10) Seth - Dieu antagoniste

dieu-egyptien-seth

Dans le mythe d'Osiris, Seth était présenté comme l'antagoniste parmi les dieux égyptiens responsables du meurtre de son frère Osiris. Cependant, si l'on considère les preuves historiques, Seth était perçu comme une entité divine depuis la période prédynastique (avant le 3ème millénaire av. J.-C.), avec son centre de culte probablement originaire de la ville de Nubt, qui est l'une des plus anciennes colonies en Haute Egypte. Et il est intéressant de noter que Nubt a servi de porte d'entrée au désert oriental et à ses gisements d'or, ce qui explique peut-être l'association de Seth avec les déserts de l'Égypte.

En tout cas, Seth était à l'origine considéré comme une entité plus ou moins bienveillante et estimée qui servait parfois d'allié de Râ, et était chargé de la protection des oasis dans les déserts. Mais avec le temps, il a aussi été associé à des phénomènes particuliers et effrayants comme des éclipses, des tempêtes et des tonnerres - suggérant ainsi un côté sombre à sa personnification. Une fois de plus, en revenant à l'histoire, une partie de cette portée avait peut-être à voir avec les Hyksos étrangers, qui ont adopté Seth comme l'un de leurs dieux - ce qui aurait pu alimenter une mesure réactionnaire des futurs Egyptiens indigènes qui voyaient Seth comme un agent du mal. D'autres historiens ont émis l'hypothèse que la bataille entre Seth et Horus, par opposition à une confrontation entre le bien et le mal, était plutôt une représentation symbolique de la lutte pour unir l'Egypte sous un seul souverain.

Enfin, la nature " étrange " de Seth en tant que l'un des dieux dualistes de l'Égypte ancienne se manifeste également dans ses représentations. Ils mettent souvent en vedette une créature qui est simplement connue sous le nom de Set animal, qui pourrait être un composite d'un oryctérope, d'un âne et d'un chacal (ou un renard fennec). Quelques érudits ont fait valoir que l'animal Set représente peut-être une girafe, bien que les anciens Egyptiens semblent avoir fait la différence entre les girafes et l'énigmatique créature hybride. Et les artistes de la fin de la période égyptienne (après 664 av. J.-C.) avaient tendance à représenter Set exclusivement avec une tête d'âne.

  •  11) Anubis - Le Dieu Chacal

dieu-egyptien-anubis

Probablement le plus visuellement reconnaissable des anciens dieux égyptiens, Anubis (ou plutôt Anpu ou Inpu en égyptien) était représenté comme une entité à tête de chacal associée aux rites d'embaumement du défunt et de l'au-delà correspondant. Et comme beaucoup de dieux égyptiens contemporains, Anubis avait d'autres aspects, mais ses attributs fondamentaux étaient apparemment toujours liés aux questions de la mort. Par exemple, même pendant la première dynastie (vers 3100 av. J.-C.), Anubis était perçu comme un protecteur des tombes - peut-être pour donner un aspect positif à la propension des chacals qui avaient tendance à creuser des tombes peu profondes.

A cette fin, Anubis appartenait à l'un des rares anciens dieux égyptiens qui, malgré son héritage antique, n'était pas vénéré dans des enceintes et des temples dédiés (du moins d'après les preuves archéologiques ou l'absence de preuves). Au contraire, les tombes et les mastabas des morts étaient considérés comme ses " lieux de culte ", y compris un sanctuaire particulier à Anubeion qui contenait les restes momifiés de chiens et de chacals. Qu'il suffise de dire qu'Anubis était souvent intrinsèquement lié aux rites associés à la mort, et qu'il jouait ainsi le rôle de la divinité qui a introduit les âmes dans l'au-delà. Au fil du temps, il aurait même pu dépasser Osiris en tant que " juge " principal dans la cérémonie de la Pesée du cœur - comme le montrent les scènes du Livre des morts.

En dépit de ses traits visuellement frappants et de ses fréquentes représentations artistiques anciennes - qui, comme nous l'avons mentionné précédemment, consistaient en une tête de chacal noir, Anubis ne joua pratiquement aucun rôle dans la mythologie égyptienne actuelle. Et tandis que la couleur noire symbolisait à la fois la désolation et la renaissance, Anubis était peut-être aussi associée au dieu Upuaut (ou Wepwawet), une autre divinité aux traits canins (ou chiens) mais à la fourrure grise.

  •  12) Thot - Dieu de l'Ibis - L e messager des dieux

dieu-egyptien-thot

Un autre des anciens dieux égyptiens qui a été vénéré de la période prédynastique à l'époque gréco-romaine, Thot était une divinité importante de l'écriture, la magie, la sagesse, et la lune. Il était aussi étroitement associé aux principes de l'équilibre et de l'équilibre, qui était souvent symbolisé par son titre de " Seigneur de Ma'at " - et en tant que tel, Thot était aussi représenté comme le mari de la déesse Maât, la divinité de la vérité, de la justice et de l'ordre cosmique.

Il est intéressant de noter que Thoth avait de nombreuses histoires d'origine dans la mythologie égyptienne, l'ancienne tradition mentionnant comment Thoth est né de la lèvre de Râ ou est né de lui-même, comme un ibis, qui pond l'oeuf cosmique qui contient toute la création. Des mythes d'origine plus tardive ont établi Thot comme l'un des personnages de la saga Osiris, dans laquelle la divinité est née bizarrement quand Set a accidentellement avalé la graine d'Horus. En tout cas, étant donné sa stature de l'un des principaux dieux égyptiens de l'équilibre, Thot a également guéri et aidé les deux parties Horus et Set dans leur bataille épique.

Quant à ses attributs physiques, Thot était souvent représenté comme un homme avec la tête d'un ibis ou parfois même un babouin assis (dans son aspect A'an). Et compte tenu de ses qualités académiques, Thot était largement perçu comme la divinité patronne des scribes, des astronomes, des prêtres et de certains souverains (comme Thoutmosis qui signifie " Né de Thot "). Il a également été crédité comme l'inventeur de l'alphabet, les mathématiques, l'arpentage, la géométrie et même la botanique.

  • 13) Taweret/taouret - Déesse hippopotame protectrice des accouchements

deese-egyptienne-taouret

 

L'ancienne déesse égyptienne de l'accouchement, Taweret (qui signifie " celle qui est grande ") était considérée comme la protectrice divine des femmes et des enfants. Et il est intéressant de noter que sa vénération par les anciens Égyptiens était peut-être inspirée par l'étendue écologique du royaume avant la période du début de la dynastie (avant 3000 av. J.-C.), lorsque les habitants locaux ont observé comment les hippopotames femelles défendaient ardemment leur progéniture contre tout danger.

deese-egyptienne-taouret

Au fil du temps, Taweret a également été vénéré comme un dieu apotropaïque qui avait le pouvoir de repousser les influences du mal. À cette fin, on sait que les mères égyptiennes portaient des amulettes sculptées avec les symboles ou les images de Taweret pour invoquer sa protection. À l'époque du Nouvel Empire, sa ressemblance a également été dessinée sur des objets liés à la féminité, comme des applicateurs de cosmétiques, des bijoux, des appuie-tête et des récipients.

Avec sa vénération qui pourrait provenir de l'observation du comportement des hippopotames en Egypte, les attributs physiques de Taweret suivirent également, la déesse égyptienne étant souvent représentée comme un hippopotame bipède enceinte et portant le signe protecteur du sa. Cependant, ses membres étaient étonnamment félins dans la nature, tandis que son arrière-train ressemblait à un crocodile du Nil.

  • 14) Aton - Dieu de la controverse

dieu-egyptien-aton

Considéré à l'origine comme un aspect d'autres dieux égyptiens anciens, à savoir Râ, Aton personnifiait le disque du soleil comme visible de la terre. Et comme d'autres aspects suivant la ressemblance des divinités principales, Aton était généralement vénéré comme un dieu à tête de faucon, reflétant ainsi l'image de Râ. Parfois, Aton était aussi salué comme le disque d'argent, suggérant ainsi son aspect de la lune.


Cependant, pendant le règne du pharaon Amenhotep IV - qui fut plus tard connu sous le nom d'Akhenaton, le pharaon proclama qu'Aton devait être vénéré au-dessus des autres dieux égyptiens. Essentiellement, Akhenaton a déclaré un mode monothéiste (ou peut-être hénothéiste) d'appartenance religieuse dans toute l'Égypte, le culte étant centré autour d'Aton. Une promulgation aussi radicale a eu des effets profonds sur la société et la culture égyptiennes.

En ce qui concerne cette dernière, la ville royale d'Amarna s'enorgueillit d'une architecture révolutionnaire centrée sur le culte d'Aton. Par exemple, la plupart des temples ont été construits sans toiture, permettant ainsi symboliquement le libre passage des rayons efflorescents de la divinité solaire sur les fidèles à l'intérieur. Mais de telles mesures ont finalement abouti à la contre-mise en œuvre du système traditionnel du panthéon - l'héritage d'Akhenaton et d'Aton ayant été intentionnellement anéanti par ses successeurs après la mort du pharaon défiant. Même la ville d'Amarna a été rasée par les " traditionalistes " ultérieurs, bien que certains segments structurels aient survécu pour donner un aperçu historique de la ville royale.

  • 15) Mention honorable - Khepri, Le Dieu des scarabées

dieu-egyptien-khepri

Intrinsèquement lié au scarabée, Khepri était l'un des rares dieux égyptiens qui était généralement représenté comme un homme avec une tête de scarabée dans les papyrus funéraires de l'Égypte ancienne. Il y avait un côté symbolique à toute l'affaire du culte de Khepri - avec l'entité qui incarnait les forces qui déplaçaient le soleil à travers la vaste étendue du ciel. Ce lien est dû à l'action des scarabées qui roulaient des boules d'excréments sur la surface désertique rigoureuse, tandis que les jeunes coléoptères sortaient de l'intérieur du fumier, des œufs pondus par le parent. Ceci est en fait lié au mot égyptien'kheper', qui se traduit à peu près par - changer, ou créer.

En tout cas, Khepri était également considéré comme étant subordonné au dieu soleil Râ plus exalté, ce qui se traduisait parfois aussi par le fait que Khepri était l'un des aspects de Râ. Par exemple, Khepri était perçu comme la personnification du soleil du matin, tandis que Râ était considéré comme le soleil de midi le plus effervescent. Le peuple considérait également Khepri comme l'un des dieux égyptiens de la renaissance, peut-être parce que les Egyptiens croyaient que les coléoptères étaient apparus de nulle part et qu'ils étaient pourtant capables de procréer.

En complément, regardez cette excellente vidéos youtube sur  les dieux egyptiens

Découvrez les bijoux égyptiens de la boutique en ligne, des bagues, bracelets et colliers égyptiens de haute qualité

 

 

Mythologie Egyptienne
Mythologie Egyptienne


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.

Guide des Tailles

Le Guide des Tailles de la Boutique Pharaonique

Il est essentiel de connaître la taille de votre poignet et/ou doigt avant de faire votre achat.

Ce guide vous aidera à définir votre taille pour votre future  bracelet Égyptien ou  bague  Égyptienne.

La méthode est relativement simple, téléchargez les guides et assurez-vous de les imprimer en format A4 complets. Ensuite, déterminer votre taille en suivant attentivement les instructions.

Bracelets Égyptien

Bagues Égyptienne

Comment mesurer votre taille de doigt ?

Téléchargez Votre Feuille a imprimer :   Guide des tailles pour bagues ici.

Vous pouvez déterminer votre taille en utilisant un anneau parfaitement ajusté ou en mesurant la taille de votre doigt.

Nous vous présentons deux méthodes pour trouver facilement la taille de bague qu'il vous faut, ainsi que le tableau de correspondance des tailles :

TAILLE Diamètre intérieur Circonférence
US & Canada (taille de référence pour votre commande) France Suisse - Italie - Espagne  mm Inches mm Inches
4 47 6 1/2 14.86 0.585 46.68 1.84
4.5 48 8 15.27 0.601 47.97 1.89
5 51 9 1/2 15.70 0.618 49.32 1.94
5.5 51 3/4 10 1/2 16.10 0.634 50.58 1.99
6 52 3/4 12 16.51 0.650 51.87 02.04
6.5 54 13 1/2 16.92 0.666 53.16 02.09
7 55 1/4 14 1/2 17.35 0.683 54.51 2.15
7.5 56 1/2 16 17.75 0.699 55.76 2.20
8 57 3/4 17 18.19 0.716 57.15 2.25
8.5 58 18 1/2 18.53 0.729 58.21 2.29
9 60 20 18.89 0.748 59.34 2.35
9.5 61 21 19.41 0.764 60.98 2.40
10 62 22 1/2 19.84 0.781 62.33 2.45
10.5 63 1/2 23 1/2 20.20 0.797 63.46 2.50
11 65 25 20.68 0.814 64.97 2.56
11.5 66 26 21.08 0.830 66.22 2.61
12 67 1/2 27 1/2 21.49 0.846 67.51 2.66
12.5 69 29 21.89 0.862 68.77 2.71
13 70 30 22.33 0.879 70.15 2.76
13.5 71 32 22.60 0.890 71.00 2.80
 

Comment choisir une taille de bague ? 

Le facteur le plus important lors de l'achat d'une bague, c'est de s'assurer que vous choisissez la bonne taille. Voici  2 méthodes faciles  pour mesurer votre doigt   :

Méthode 1 : Mesurer le diamètre d’une de vos bagues avec une règle

  mesure-diamètre-taille-bague diametre-interieur-bague

Mesurez le diamètre intérieur de votre bague avec votre règle et notez la taille en mm. Comparez votre mesure avec le tableau ci-dessus dans la colonne “Diamètre” pour déterminer votre taille.

Méthode 2 : Mesurer la circonférence de votre doigt à l’aide d’une ficelle ou d’un papier, et d’une règle

mesure-circonférence-taille-bague

  1. Enroulez un morceau de ficelle ou de papier autour de la base de votre doigt sans exercer de pression afin de conserver la taille juste et confortable.
  2. Marquez les deux brins de ficelle ou de papier à l'endroit où ils se chevauchent pour former un cercle complet.
  3. Mesurez la longueur de la section de ficelle ou de papier sur règles rigide graduée en millimètre (mm), entre les deux marques.
  4. Recherchez et comparez votre mesure avec le tableau ci-dessous, dans la colonne “Circonférence”  pour déterminer la taille de votre bague.