COSMETIQUES, PARFUMS ET HYGIENE DANS L'ÉGYPTE ANTIQUE

COSMETIQUES, PARFUMS ET HYGIENE DANS L'ÉGYPTE ANTIQUE

COSMETIQUES, PARFUMS ET HYGIENE DANS L'ÉGYPTE ANTIQUE

 

Pour les anciens Egyptiens, la vie était une célébration, et donc, tout comme on voudrait être au mieux de sa forme lors de n'importe quelle fête, l'hygiène personnelle était une valeur culturelle importante. Les Égyptiens se baignaient quotidiennement, se rasaient la tête pour éviter les poux ou d'autres problèmes, et utilisaient régulièrement des cosmétiques, des parfums et des bonbons à la menthe pour l'haleine. L'apparence personnelle était si importante que certains écrits du Livre des morts égyptien stipulent que nul ne peut parler aux autres dans l'au-delà s’il n'est pas propre et présentable, et il est clair que cela a une importance dans un sens physique.

Le chapitre 125 ne pouvait être prononcer que si l'on est "propre, vêtu de vêtements frais, chaussé de sandales blanches, peint à l'œil nu, oint de la plus fine huile de myrrhe". Les dieux sont régulièrement représentés avec du maquillage pour les yeux, tout comme les âmes de l'au-delà, et les cosmétiques sont parmi les objets les plus couramment placés dans les tombes comme objets funéraires.

 

COSMETIQUES PARFUMS ET HYGIENE DANS LÉGYPTE ANTIQUE

Les produits de beauté n'étaient pas seulement utilisés pour améliorer l'apparence personnelle mais aussi pour la santé. Les ingrédients utilisés dans ces onguents, huiles et crèmes aidaient à adoucir la peau, à protéger des coups de soleil, à protéger les yeux et à améliorer l'estime de soi. Les produits de beauté étaient fabriqués par des professionnels qui prenaient leur travail très au sérieux, car leur produit serait jugé sévèrement s'il n'était pas le meilleur possible ; un tel jugement entraînerait non seulement une perte de réputation dans la communauté, mais aussi la possibilité d'une mauvaise réception par les dieux dans l'au-delà. Pour s'assurer de fournir le meilleur produit possible, les fabricants de l'Égypte antique recouraient aux meilleurs ingrédients naturels et aux méthodes de production les plus fiables.

L’étude des produits cosmétiques égyptiens, déodorants, bonbons à la menthe et dentifrices était si avancée que, selon le dictionnaire anglais Oxford, le mot anglais "chemistry" (dérivé de "alchimie") a ses racines anciennes dans Kemet, l'ancien nom de l'Égypte dans la langue égyptienne (le nom "Égypte" est un terme grec). Dans son article sur la médecine dans l'Égypte antique, le Dr Sameh M. Arab soutient cette étymologie et explique comment, malgré leurs lacunes, les médecins égyptiens avaient les connaissances les plus complètes du monde antique en matière de médecine. Cette même expertise est évidente dans la fabrication égyptienne de cosmétiques, de parfums et d'autres aspects de l'hygiène personnelle.

Utilisation quotidienne des cosmétiques

Les produits cosmétiques ont été utilisés depuis la période prédynastique en Égypte (vers 6000 - 3150 avant J.-C.) jusqu'à l'Égypte romaine (30 avant J.-C. -646 après J.-C.), soit tout au long de la civilisation égyptienne ancienne. Des hommes et des femmes de toutes les classes sociales utilisaient des produits cosmétiques, bien que, de toute évidence, les meilleurs produits ne pouvaient être achetés que par les riches. Ces produits étaient fabriqués par des professionnels et vendus sur le marché, mais il semble que certains produits de moindre qualité pouvaient être fabriqués à la maison. Un rituel matinal, après s'être levé du lit, serait de se baigner. Chaque foyer, quelle que soit sa classe, disposait d'une sorte de cuvette et de cruche pour se laver les mains et se doucher. Il y avait aussi des bains de pieds, en pierre, en faïence, en céramique ou en bois, pour se laver les pieds. Ils ont été produits en masse pendant la première période intermédiaire de l'Égypte (2181-2040 avant J.-C.) sous forme de bains à un ou deux pieds. On se lavait les mains, le visage et les pieds avant et après les repas, avant de se coucher et au lever du matin. Les prêtres étaient censés se laver plus régulièrement, mais l'Égyptien moyen prenait des douches et des bains tous les jours. Le matin, après s'être lavé, on appliquait sur le corps une crème, l'ancien équivalent de la crème solaire, puis on appliquait sur le visage un maquillage dérivé de l'ocre et parfois mélangé au bois de santal. L'égyptologue Helen Strudwick écrit :

Dans l'Égypte antique, l'accent était mis sur les yeux, qui étaient tracés avec des crayons de couleur verte ou noire pour mettre en valeur leur taille et leur forme. Les pigments broyés de malachite verte, mélangés à de l'eau pour former une pâte, ont été utilisés jusqu'au milieu de l'Ancien Empire mais ont ensuite été remplacés par du khôl noir, produit à partir du minéral galène, qui provenait des régions montagneuses du Sinaï. Il est significatif que le khôl ait eu une valeur thérapeutique en protégeant les yeux des infections causées par le soleil, la poussière ou les mouches. (380)

Le khôl a été créé en broyant les éléments naturels de la galène, de la malachite et d'autres ingrédients en une poudre, puis en les mélangeant avec de l'huile ou de la graisse jusqu'à obtenir une crème. Cette crème était ensuite conservée dans des pots en pierre ou en faïence qui étaient stockés dans une caisse en bois, en ivoire, en argent ou en un autre métal précieux. Parmi les objets les plus élaborés trouvés dans les tombes et les ruines des maisons et des palais, on trouve ces caisses de khôl qui étaient des œuvres d'art minutieusement sculptées. Le khôl était assez cher et n'était accessible qu'aux classes supérieures, mais il semble que la classe paysanne avait sa propre variante, moins chère, du produit cosmétique. On ne sait pas exactement comment il était fabriqué, ni à partir de quels produits chimiques. Des crèmes, des huiles et des onguents étaient également utilisés pour préserver une apparence jeune et prévenir les rides. Ils étaient appliqués avec la main, des pinceaux et, dans le cas du khôl, un bâton. Ces applicateurs, ainsi que les cuillères cosmétiques, sont fréquemment trouvés comme des objets funéraires. Du miel était appliqué sur la peau pour aider à guérir et à estomper les cicatrices, et des fleurs de lotus écrasées ainsi que l'huile de diverses plantes (comme le papyrus) étaient utilisées pour faire ces soins. En plus des avantages pour la santé que représente la protection de la peau contre le soleil, ces produits cosmétiques semblent pouvoir éloigner phlébotomes et autres insectes.

COSMETIQUES PARFUMS ET HYGIENE DANS LÉGYPTE ANTIQUE 

Les onguents étaient conservés par les riches dans des bocaux ornés qui étaient souvent conçus de façon aussi complexe que les étuis à khôl. Une conception particulièrement populaire était une jarre en forme de Bes, le dieu de la fertilité, de la procréation, des enfants et de la joie. Les onguents étaient frottés sur tout le corps et surtout les mélanges odorants et puissants sous les bras et autour des jambes. Comme la plupart des Égyptiens étaient pieds nus, ils se frottaient également les pieds avec une pommade, en particulier la plante des pieds, qui servait de répulsif pour les insectes et de protection solaire. Pour le roi et la classe supérieure, les manucures étaient employées pour prendre soin des ongles des doigts et des orteils, ce qui se faisait avec un petit couteau et une lime. Pour le roi, le poste d'esthéticien était un poste prestigieux et ces hommes inscrivaient toujours leur emploi bien en évidence sur leurs tombes.

La façon dont la classe paysanne s'y prenait pour les manucures et les pédicures n'a pas été consignée, mais il est fort probable qu'elle suivait la même pratique mais avec des outils ou des serviteurs moins sophistiqués. La vie générale de la classe paysanne est assez bien documentée, mais pas les détails. Les paysans et leurs familles auraient également appliqué des crèmes, des pommades et une certaine forme de déodorant, mais n'auraient pas pu s'offrir la plupart des parfums.

Parfums et déodorants

Le parfum le plus populaire et le plus connu était le kyphi. Il était composé d'encens, de myrrhe, de mastic, de résine de pin, de cannelle, de cardamome, de safran, de genièvre, de menthe et d'autres herbes et épices. Le parfum est décrit comme étant complètement exaltant, et ceux qui pouvaient se le permettre seraient enviés par ceux qui ne le pouvaient pas. Strudwick note que "les Égyptiens aimaient les parfums doux et épicés qui remplissaient l'air de leur arôme capiteux et durable", et que le kyphi était le plus cher et le plus recherché d'entre eux (378).

Les ingrédients du kyphi provenaient en grande partie du pays de Punt et sont donc rares en Égypte. Seules quelques expéditions à Punt sont mentionnées dans l'histoire égyptienne, à part le célèbre voyage commandé sous la reine Hatchepsout (1479-1458 avant J.-C.). On ne sait pas si les Égyptiens ont pu reproduire ces ingrédients par eux-mêmes, mais cela semble peu probable. Le Kyphi était si rare et si cher qu'il était principalement utilisé dans les temples comme encens brûlé pour les dieux. Les parfums les moins chers et les plus courants étaient fabriqués à partir de fleurs, de racines, d'herbes et d'autres éléments naturels, qui étaient broyés en pâte puis combinés avec de la graisse ou de l'huile pour une crème ou transformés en un cône d'encens. Les peintures et les inscriptions représentent souvent des hommes et des femmes de l’Egypte antique portant ces cônes sur la tête lors de fêtes et de festivals, mais il y a un doute considérable quant à savoir s'ils se promenaient avec de l'encens brûlant attaché à leurs perruques.

COSMETIQUES PARFUMS ET HYGIENE DANS LÉGYPTE ANTIQUE

 Aucune preuve d'encens ou de résidus de graisse n'a été trouvée sur les perruques existantes de l'Égypte ancienne, et il semble improbable que les égyptiens auraient tenté de venir avec un cône d'encens lors de festivals où il était courant de boire à l'excès. Il est fort probable que les représentations de ceux ci avec les cônes sur la tête symbolisent les bons moments passés lors de tels événements ou, peut-être, que l'on sentait une odeur douce d’encens lors de ces évènements.  Mais il est également possible que les Égyptiens aient porté ces cônes d'encens sur la tête lors de rassemblements. Les déodorants étaient fabriqués de la même manière que les parfums et souvent, la recette était appliquée de la même manière. En dehors du parfum, des recettes de déodorants étaient utilisés pour certains produits. L'une des méthodes répertoriées consistait à mélanger un œuf d'autruche, des noix, un tamaris et une carapace de tortue écrasée avec de la graisse, à les mélanger dans une crème et à les appliquer sur les bras, le torse et les jambes pour obtenir un déodorant sans parfum. Une recette et une prescription du texte médical connu sous le nom de Papyrus de Hearst recommande de mélanger de la laitue, de la myrrhe, de l'encens et une autre plante (dont le nom n'est pas connu) et de frotter la pâte sur le corps pour éviter l'odeur de transpiration. Les jus de fruits, mélangés à de l'encens ou à d'autres épices comme la cannelle, étaient également utilisés. 

Perruques, dentifrice et bonbons à la menthe

Avant de quitter la maison pour la journée, on mettait sa perruque et on se nettoyait les dents. Les perruques, comme indiqué plus haut, étaient portées pour prévenir les poux, mais elles étaient aussi simplement plus confortables dans le climat aride et facilitaient l'hygiène personnelle. Les perruques étaient faites de cheveux humains jusqu'à la deuxième période intermédiaire de l'Égypte (c. 1782 - c. 1570 av. J.-C.), lorsque les Hyksos ont introduit les chevaux en Égypte ; par la suite, le crin de cheval a été utilisé dans la fabrication des perruques ainsi que les cheveux humains.

Les perruques étaient fabriquées dans des styles différents pour être portées à des occasions distinctes. Il était admis que l'on avait la possibilité d’avoir une coupe de cheveux différente lors d'une réunion de famille ainsi que lors d'un événement ou d'un festival à la mode, et les perruques étaient conçues différemment pour répondre à ce besoin. Comme dans tous les autres domaines de la vie égyptienne, les riches pouvaient s'offrir les meilleures perruques qui étaient parfois tressées avec des bijoux ou des pierres fines et parfumées. Les plus pauvres des classes inférieures portaient des perruques tissées avec des plantes de papyrus ou se rasaient la tête et portaient simplement un couvre-chef.

 

COSMETIQUES PARFUMS ET HYGIENE DANS LÉGYPTE ANTIQUE

 

Pour se nettoyer les dents, on utilise l'invention égyptienne de la brosse à dents et du dentifrice. Le dentifrice a été inventé avant la brosse à dents, et les preuves de son utilisation remontent à la période prédynastique. Les ingrédients du premier dentifrice ne sont pas connus, mais une recette plus récente fait appel à un mélange de menthe, de sel de roche, de poivre et de fleur d'iris séchée. Ce mélange aurait été réduit en poudre et appliqué sur les dents ; la salive aurait transformé le tout en pâte. La brosse à dents était, au début, un bâton dont une extrémité était effilochée en éventail comme une brosse. Elle a fini par se transformer en un bâton cranté avec de fines bandes de plantes coupées (très probablement du papyrus) étroitement liées dans l'encoche sous forme de poils.

Tout au long de la journée, pour garder l'haleine fraîche, on suçait des bonbons à la menthe. Celles-ci étaient fabriquées dans le commerce et à la maison en mélangeant de l'encens, de la cannelle, du melon, des graines de pin et des noix de cajou, en les réduisant en poudre, puis en y ajoutant du miel. Le miel servait d'ingrédient liant qui, une fois mélangé au reste, était chauffé sur un feu, laissé refroidir légèrement, puis formé en petits bonbons. Il est probable que certains bocaux et bols trouvés dans les maisons étaient des confiseries qui contenaient ces menthes.

Quand on rentrait à la maison le soir, on enlevait sa perruque et on se baignait pour se démaquiller avant le repas du soir. Du matin au soir, les cosmétiques et l'hygiène personnelle faisaient partie des rituels quotidiens de tous les anciens Égyptiens. Étant donné que l'un des principaux objectifs de sa vie était de rendre son existence personnelle digne de l'éternité, le soin de son apparence physique et de sa santé était une priorité.

Les Égyptiens ont peut-être eu la vision la plus idéale de l'au-delà, mais il n'existe aucune trace d'un quelconque empressement particulier à s'y rendre. Pourtant, la vie comme un voyage éternel était la compréhension acceptée de la culture égyptienne. L'application de produits cosmétiques, ainsi que l'utilisation d'autres moyens pour maintenir sa santé et son apparence, étaient nécessaires non seulement pour un temps plus agréable sur terre, mais aussi pour la forme éternelle de l'âme dans la phase suivante de l'existence.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés